Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

De la Dame damée à Madame

Mot pour mot, la rubrique de Jean Pruvost

Quand un lexicologue galant se passionne pour la langue française, la langue de l’amour, il ne peut omettre d’analyser le mot "Madame". Bien évidemment Jean Pruvost est de ceux-là.


Bookmark and Share

Tout d’abord un extrait du Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, Richelet (1680) :
« Damé, damée. Cet adjectif ne se dit qu’au féminin en parlant de femme de qualité, & signifie qui a le titre de dame. [Elle est Dame damée.] »
Et un autre extrait du Dictionnaire françois de Richelet, choisi dans l’article « Madame » :
« Madame. Quelques flateurs du siècle donnent sotement cette qualité de Dame damée à quelques femmes de riches Commis, ou Partisans de nule naissance, mais c’est un abus que le Roi corrigera par un bel édit quand tel sera son bon plaisir » déclare Richelet dans l’orthographe de l’époque.

« Dame damée »… Dame ! Que l’on nous pardonne ici l’usage de l’interjection « dont se sert le petit peuple de Paris, […] qui sert à exprimer quelque petit mouvement de l’âme comme quelque surprise, ou étonnement ». L’expression « dame damée » peut en effet pour le moins étonner par son aspect redondant et sans résonance dans l’usage contemporain. En vérité, il reste difficile aujourd’hui d’établir spontanément le rapport entre, d’une part, le fait de « damer » le pion au jeu de dame, « mettre deux dames l’une sur l’autre, les doubler » pour, selon une formule encore plus ancienne réservée à la Vierge, la « proclamer dame souveraine » et, d’autre part, le fait de « damer » une dame, c’est-à-dire d’ajouter à la désignation de la personne du sexe féminin le titre valorisant de « Dame », « Femme d’un Gentilhomme qui est distinguée du bourgeois et du peuple », comme le rappelle fermement l’Abbé Furetière en 1690 dans son Dictionnaire universel.

Cette généreuse redondance, rare dans la langue française, qui offrait, une fois n’est pas coutume, la possibilité de valoriser la « dame », ne durera cependant pas. La dame ne pourra bientôt plus, dès le XVIIIe siècle, être damée. Cette formule redoublée, rare dans la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires