Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Histoire du climat avec Emmanuel Le Roy Ladurie : l’historien pionnier (1/6)

Première émission d’une série de six : Qui déclencha son intérêt pour ce champ historique inexploré ?

Dès les années 1950, alors qu’il travaille à sa thèse sur les paysans de Languedoc, Emmanuel Le Roy Ladurie commence à s’intéresser au climat. Plus d’un demi-siècle plus tard, il continue d’écrire sur le sujet. Retour en sa compagnie sur la genèse et les méthodes de l’histoire du climat. Emmanuel Le Roy Ladurie est le président de la section Histoire-Géographie de l’Académie des sciences morales et politiques.


Bookmark and Share

Il en est de certaines phrases comme des souvenirs d’enfance : ils restent durablement ancrés dans notre mémoire. Le début de La Recherche du temps perdu : «Longtemps, je me suis couché de bonne heure…» ou celui de Salammbô : «C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar» appartiennent à cette catégorie. D’autres phrases, anodines a priori, peuvent décider de l’orientation d’une carrière. Pour Emmanuel Le Roy Ladurie (ELRL), ce fut : «Les glaciers alpins avancent à la fin du XVIe siècle», phrase qu’il avait lue, jeune chercheur, sous la plume de son maître Fernand Braudel, qui la tenait lui-même d’un glaciologue italien, Monterin.


Dire que cette simple phrase décida seule de l’orientation des recherches d’ELRL serait grotesque, mais il n’est pas douteux qu’elle constitua un « moment » dans sa carrière. Et ce d’autant plus qu’il s’agissait alors d’un terrain vierge de toute étude, ce qui aiguisa l’appétit de l’historien.


Il y eut donc cette phrase. La destinée familiale le conduisit aussi naturellement à s’intéresser au climat. Fils d’agriculteurs du Calvados, ELRL fut sensible, enfant, aux incidences de la météo sur les récoltes. Il rompra les amarres avec l’univers familial et paysan pour s’en aller étudier à Paris, d’où, l’agrégation en poche, il partira pour Montpellier, lieu de sa première affectation. Là, il se lança dans un vaste travail d’histoire agraire, qui débouchera en 1966 sur la publication de sa thèse : Les paysans de Languedoc, 1294-1324, dont le premier chapitre a pour thème le climat.


De l’histoire agraire à l’histoire du climat, il n’y a qu’un pas, qu’ELRL franchit naturellement, « par une transition logique et même obligatoire », écrit-il en introduction de son(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires