Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Petites phrases et citations : Victor Hugo de l’Académie française

Une sélection proposée par la comédienne et metteur en scène Anne Delbée

On ne présente pas Victor Hugo, incarnation du génie romantique français, élu à l’Académie française en 1841. Cependant il est toujours bon d’avoir en tête quelques uns de ses plus beaux écrits prompts à ravir l’âme. Dans cette émission, Anne Delbée, une amoureuse des mots et des lettres, partage les sentences hugoliennes qui « l’habitent ». Plongez avec elle dans l’univers du «  poète voyant ».


Bookmark and Share

De 1855 à 1870 Victor Hugo vit en exil sur l'île Anglo-Normande de Guernesey, dans sa maison de Hauteville House. C'est dans cette « demeure océan » qu'il parviendra à la tranquillité de l'âme et écrira quelques-unes de ses plus belles œuvres, parmi lesquelles : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), La légende des siècles (1859) ou encore Les Misérables (1862). Anne Delbée déclame les plus belles lignes du poète sélectionnées dans l'album Victor Hugo, l'exil : L'Archipel de la Manche de Joël Laiter (Éd. Hazan) :

« Sur cette roche où je vis dans la brume et dans la tempête, je suis parvenu à me désintéresser de toute chose excepté des grandes manifestations de la conscience et de l’intelligence. Je n’ai jamais eu de haine et je n’ai plus de colère. Je ne regarde plus que les beaux côtés de l’homme, je ne me courrouce plus contre le mal absolu, plaignant ceux qui le font ou qui le pensent. J’ai profondément foi au progrès, les éclipses sont des intermittences et comment douterais-je du retour de la liberté, puisqu’à tous mes réveils j’assiste au retour de la lumière ?»

***

Le 14 juillet 1870, il compose le poème « Aux Proscrits », après avoir planté dans son jardin le fameux « Chêne aux États-unis d'Europe ». Voici quelques-uns des vers qui ont inspiré les Pères de l'Europe :

« Semons ce qui demeure, Ô passants que nous sommes.
Le sort est un abîme, et ses flots son amers,
Au bord du noir destin frères, semons des hommes
Et des chênes au bord des mers.
»

***

En 1866 paraissent Les travailleurs de la mer, un roman qu'Hugo a écrit en hommage à l'île de Guernesey, et à ses habitants. Au détours des aventures solitaires de Gilliatt, plus précisément dans le(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires