Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Philippe Kourislky : Le manifeste de l’altruisme

L’académicien des sciences, professeur au Collège de France, plaide pour le bien collectif

Dans son manifeste, l’immunologiste et académicien Philippe Kourilsky liste 40 propositions d’actions pour un libéralisme altruiste, une justice sociale, une nouvelle philosophie politique... en résumé, comment penser en termes collectifs plutôt qu’en une association d’intérêts individuels. Explications en compagnie de l’auteur qui différencie nettement altruisme et générosité et a créé un néologisme pour l’occasion : altruité !


Bookmark and Share

Le terme d’altruisme a vu le jour en 1850 sous la plume d’Auguste Comte. Le philosophe a écrit que par nature, les affections altruistes sont désintéressées ; une sorte de religion de la gentillesse.
Mais ne confondez pas altruisme et générosité. Philippe Kourilsky dans son Manifeste de l’altruisme illustre cette différence par un exemple parlant :
Faire un don à une fondation est un acte de générosité mais il ne s’agit pas d’altruisme, il s’agit d’un choix : celui d’être généreux.
En revanche, payer ses impôts dont on sait qu’ils serviront à la collectivité est un devoir d’altruisme, ce n’est pas un acte de générosité !
On peut donc être altruiste sans être généreux et inversement, généreux sans être altruiste.

Le premier livre intitulé Le temps de l’altruisme paru en 2009 se voulait être un point d’ancrage essentiellement épistémologique. Le manifeste de l’altruisme est pour sa part un engagement politique au sens général du terme.
Et l’argumentaire de notre invité est ici le suivant : toute liberté s’accompagne nécessairement d’un devoir d’altruisme. « Nos libertés individuelles ne sont pas seulement limitées par celles des autres comme on le dit d’ordinaire. Elles sont également construites grâce à celle des autres. C'est d’ailleurs ce que nous montre la globalisation où nous sommes complètement interdépendants » constate Philippe Kourilsky.

Mais la notion d’altruisme est source de malentendu. « On répertorie une quinzaine de définitions différentes de l’altruisme ».
Alors pour déterminer l’altruisme rationnel qui lui paraît fondamental, Philippe Kourilsky a créé un néologisme : l’« altruité ». « Cet altruisme rationnel, et de l’ordre du devoir, est un pendant indispensable de la liberté » résume-t-il.

Et c’est en observant cette dualité croissante entre la protection de la planète et la nécessité de nourrir quelque 9,5 milliards d’habitants d’ici 2020(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires