Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Nicolas Bouzou : "Il y a des vérités pas bonnes à dire mais incontournables !"

Les rendez-vous économiques du Cercle Turgot, animés par Jean-Louis Chambon

Pour Nicolas Bouzou, il existe des vérités pas bonnes à dire mais incontournables pour celles et ceux qui vont s’engager dans la campagne présidentielle. Le fondateur d’Astérès, cabinet d’analyses économiques et de conseil, et vice-président du Cercle Turgot, s’entretient ici avec Jean-Louis Chambon, autour de 5 grands sujets : la dette, la croissance, les dépenses, l’éducation et le logement, la démagogie préelectorale..."Les rendez-vous économiques du Cercle Turgot" : une nouvelle rubrique régulière proposée sur Canal Académie.


Bookmark and Share

Cinq grandes questions sont abordées au sein du Cercle Turgot dont celle qui surplombe l’ensemble du sujet : l’Europe et l’euro en liaison avec la crise de l’endettement des Etats européens et le phénomène croissant de défiance qui altère la monnaie unique.
L’alternative pour les pays de la zone euro est simple : une plus forte intégration économique et monétaire supposant des transferts de souveraineté, soit un éclatement à court ou moyen terme de la zone euro.

Première grande interrogation : « la grande claque » (selon l’expression de Christian Saint-Etienne) que vient de recevoir la Grèce, peut-elle aussi devenir cruelle réalité pour la France ? Sans doute oui si les changements « brutaux et nécessaires » ne sont ni proposés à temps par les politiques ni acceptés par l’opinion publique.
Pour Nicolas Bouzou il existe toutefois « un cercle de la raison » qui sait que l’économie française dispose de ressources suffisantes pour prendre le chemin vertueux des économies du Nord à l’image de l’Allemagne. La perte de compétitivité qui n'a cessé de s'aggraver au cours de la dernière décennie n’est pas irrémédiable mais elle fait peser sur les pouvoirs publics le risque, à défaut de mesures très courageuses, de se trouver sanctionnés par les marchés financiers, et donc d'être en rupture de trésorerie. Car la France à partir de 2012 sera le deuxième emprunteur mondial sur le marché de la dette.

La deuxième grande question porte sur la croissance, passage obligé d’une baisse du chômage et d’une augmentation des recettes fiscales. Comment, autrement que par la compétitivité de nos entreprises et en particulier de nos PME, aller chercher ce point et demi de croissance supplémentaire qui conditionne la capacité à passer entre « le marteau de la rigueur et l’enclume de la démagogie » ?

Troisièmement, l’économiste souligne la nécessité d’une réorientation massive de la dépense publique ce qui suppose que la fiscalité devra d’une façon ou d’une autre, peser plus sur les ménages. Sur ce même point Nicolas Bouzou rappelle qu'une hausse des impôts, voire de la TVA, devra être accompagnée d’une réduction de nos dépenses, en(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires