Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les mots des religions : Œil

avec le grand rabbin Haïm Korsia

L’oeil, un terme fréquemment utilisé dans la Torah, pour parler du regard omniscient de Dieu évidemment, mais aussi pour parler de l’homme et de ses faiblesses face au regard de l’autre. Le Grand Rabbin Haïm Korsia, aumônier général israélite des armées françaises, étudie la question d’un oeil averti.


Bookmark and Share

Commençons par étudier ces deux versets du Deutéronome qui apportent deux définitions contradictoires de l'organe visuel. Le premier nous conseille : « Ne vous détournez pas après vos coeurs et après vos yeux », faisant la part belle au ressenti. Le second verset, quant à lui, précise : « N'allez pas selon vos yeux qui voient et votre coeur qui désire ».
Que penser de tout cela ? Selon le Grand Rabbin Haïm Korsia, il faut y voir les « mécanismes de tentation de l'Homme ». Notre œil est en effet corruptible, aisément attiré par les stimuli extérieurs qui, lorsqu'ils ont capté notre regard, peuvent accéder à notre cœur. Mais la corruption n'est pas qu'exogène, le cœur lui-même, ce muscle passionné, peut tromper notre œil, le pousser à voir, à chercher du regard, l'objet de ses désirs.
Si les mots des prophètes, vieux de plusieurs milliers d'années, ont mis à jour ces faiblesses intemporelles de l'Homme, c'est le monde de la publicité, instigateur de toutes les tentations, qui a su le mieux tirer profit de ces enseignements. Qui n'a jamais été séduit par une publicité alléchante, au visuel particulièrement peaufiné ? Qui, parcourant les rues ou les rayons des grands magasins, n'a jamais été tiré de ses rêveries par des affiches aux couleurs vives ?

Notre œil est une fenêtre ouverte par laquelle on peut atteindre ce que nous avons de plus intime, ce que nous avons de plus fragile. C'est pourquoi la Bible nous enjoint à introduire une distanciation entre ce que nous voyons et ce que nous ressentons, ou désirons. Car l'œil qui, contrairement à tous les autres organes sensoriels, n'a pas de contact direct avec l'objet, est paradoxalement l'organe qui a le plus d'influence sur notre être. Or nous n'avons pas de filtre destiné à nous protéger de ce que l'on voit, et bien souvent c'est de visions agressives que naissent nos traumatismes.
Nous avons donc mis en place des barrières artificielles pour nous protéger de cela, et épargner notamment les plus jeunes. Et, quand même la force du cœur ne suffit pas à se défendre de ces visions délétères, c'est à Dieu qu'il faut s'en remettre.

C'est donc à juste titre qu'un très beau verset du Pentateuque dit : «(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires