Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Un livre envoûtant : Jeanne, de Jacqueline de Romilly

Les femmes écrivains, la chronique de Jean Mauduit

Emouvant, délicat, ce livre, publié à titre posthume, est un "monument érigé par une fille à la mémoire de sa mère" selon notre chroniqueur Jean Maudit qui nous fait pénétrer dans l’intimité de ces pages pleines de tendresse. L’été est propice à la lecture ou à la relecture : si vous ne l’avez pas encore lu, ouvrez-le sans plus tarder : dans Jeanne, Jacqueline de Romilly, confie ses souvenirs.


Bookmark and Share

En 1977, Jeanne Malvoisin, la mère de Jacqueline de Romilly décède et c'est durant cette même année que l’académicienne commence à rédiger son livre Jeanne, qui sera publié après sa mort, le 18 décembre 2010.



Ayant perdu son père très jeune, Jacqueline de Romilly a entretenu avec sa mère, une relation très forte. Les batailles, les chagrins, les ruptures, les recommencements que cette mère a traversés sa vie durant, ne l’ont jamais écartée de son désir le plus profond : le bonheur de sa fille, Jacqueline. Un bonheur que l'académicienne exprime dans ce livre, à travers tous les souvenirs de sa mère. Jean Maudit salue la démarche de l'académicienne:
«Les Incas du Pérou enterraient avec le roi défunt toute la vaisselle d’or et d’argent qui avait été utilisée à son service, ainsi que ses bijoux et ses vêtements. Jacqueline de Romilly, par une démarche inverse, exhume les souvenirs qui lui restent de Jeanne, sa mère, et fracture sa propre mémoire pour bâtir cette stèle de l’amour filial. Démarche d’autant plus émouvante qu’elle est restée secrète.»


Mais alors qui était cette femme, Jeanne Malvoisin? Jacqueline de Romilly l'a décrite comme « beaucoup plus rebelle et audacieuse, que ne sont nos filles en blue-jeans. »
Cette veuve de guerre devenue femme de lettres, «[...p[ossède une personnalité flamboyante. C’est une femme de multiples talents, qui a failli connaître la grande réussite littéraire que lui promettaient tous les augures du moment dans les années 20, de Bernard Grasset à Pierre Descave. Car elle écrit. Beaucoup. Toute sa vie. Des pièces de théâtre comme l’Amitié imprévue représentée au théâtre de l’Athènes en 1932. Des romans dont l’un, Amélie, est salué par la critique comme une sorte de chef d’œuvre. Des adaptations pour la radio. Mais le destin se mettra en travers.»


Et ce destin, c'est bien sûr la guerre, qui va forcer Jacqueline et sa mère à se cacher pendant près de 5 ans. À son retour à Paris, Jeanne ne renouera jamais avec le succès. Mais pourtant, elle ne cessera jamais d'écrire, inlassablement ; Jacqueline de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires