Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Monique Canto-Sperber et Philippe Lauvaux : la politique et la morale (2/4)

Colloque Regard sur l’homme contemporain session mai 2011 (2/4)

Comment la société est-elle influencée par la politique, les médias et l’économie de marché et quelle est la morale qui prévaut ?Monique Canto-Sperber, directrice de l’Ecole normale supérieure et Philippe Lauvaux, professeur de droit public, évoquent respectivement dans ce colloque la notion d’intérêt général et de bien commun, et l’influence des institutions. Ils participaient au troisième et dernier colloque Regard sur l’homme contemporain qui se déroulait en mai 2011 à l’Institut de France. Retransmission.


Bookmark and Share

« Intérêt général et bien commun : la politique et la morale »

Par Monique Canto-Sperber, philosophe, directrice de l'Ecole normale supérieure

Mme Canto-Sperber se propose d’aborder les notions réputées « poussiéreuses » d’intérêt général et de bien commun. En effet, là où triomphe l’individualisme moderne, ces principes fondamentaux semblent s’effacer. Or « rien n’est moins sûr » dans la mesure où ces deux concepts seraient la condition sine qua non pour penser notre monde, une sorte de repère intemporel en somme. Monique Canto-Sperber nous livre quelques clés pour comprendre tant le rejet dont elles font l’objet que les raisons justifiant la nécessité de les repenser en les replaçant au centre de la réflexion politique. Ainsi, au sein de cette intervention une large place sera consacrée à leur définition, posant ainsi les bases solides d’une réflexion claire et efficace. On pourra notamment comprendre l’importance accordée actuellement à la rationalité de l’individu dans la définition des intérêts privés au cœur de la pensée libérale économique qui montre « comment l’ordre commun est le résultat des incitations ou des motivations privées ». Cependant Monique Canto Sperber souligne l’importance de « changer de grille de lecture » par rapport à la sphère politique. Dans ce cadre, les intérêts privés ne suffisent plus, l’intérêt général est nécessaire. L’auteur rend ainsi compte des problématiques traversant les deux notions, citant Adam Smith ou John Rawls, délivrant plusieurs éléments de réponse, élargissant le champ de la réflexion. Dans cette perspective, le fait que intérêt général et bien commun soient escamotés à l’échelle étatique mais omniprésents au sein de l’espace mondial, constitue un paradoxe. Monique Canto-Sperber nous alerte enfin des dangers lorsque le "bien commun" n'est pas considéré dans un espace politique autonome.


L’influence des institutions

Par Philippe Lauvaux, professeur de droit public

Présentée sous la forme d’un(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires