Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Souvenirs de famille : Robert de Flers, le héros voyageur de l’Académie française

Evocation par son petit-fils Philippe de Flers

Robert de Flers, titulaire du cinquième fauteuil de l’Académie française entre 1920 et 1927, a mené une vie riche en rebondissements. À la fois mondain, voyageur, journaliste, auteur, mais aussi politicien, diplomate, et héros de la guerre, il nous est bien difficile de connaître les multiples facettes de cette existence hors du commun. Qui était-il donc en vérité ? Un peu de tout cela sans doute. Philippe de Flers, auteur de "l’Académie française au fil des lettres", nous offre un portrait tout en nuances de son grand-père.


Bookmark and Share

Robert de Flers est né le 25 novembre 1872 à Pont-l’Évêque. Francis de Croisset se souvient de ce jeune homme fringant et contestataire : « Très élégant, un peu potelet, avec d’éblouissants yeux bleus, un nez aquilin, un sourire spirituel et une moustache à la gauloise impressionnante ». Or, il faut savoir qu'à l’époque, les gens du monde portaient plutôt des petites moustaches et des petites barbes« taillées comme des jardins à la française » d’après James de Coquet, une moustache à la gauloise, ou en crosse de pistolet, frisait donc la contestation.
Cet homme charmeur était aussi un esprit libre qui n'hésita pas à se tourner vers le journalisme contre l'avis de son grand[ère, Eugène de Rozière, membre de l’Institut. Ainsi, après de remarquables études de droit et de lettres - il fut élève de la prestigieuse École des Chartes - il part, à tout juste vingt ans, dans un long et romantique périple en Orient.
À son retour, il publie son premier ouvrage Vers l’Orient, couronné par l’Académie française. Sa famille s'incline devant cet esprit indomptable et talentueux.

Son profond esprit d’observation, son ironie aimable et légère, mais aussi sa science, sa connaissance des mots et de la langue française, lui permettent toutes les audaces. Il ne tardera pas à se faire remarquer pour ses critiques littéraires brillantes et ses chroniques toujours délectables. Celui qui préconisait « la répartie et le rire face aux vexations et aux désagréments de la vie » voyait cependant son optimisme mis à mal lorsque, le soir venu, il lisait les dernières dépêches, témoignages de toutes ces « calamités qui chaque jour fondent sur le monde ». Néanmoins, il gardera tout au long de sa carrière l'entrain et la jovialité qui faisaient son charme, et accédera en 1921 au poste de directeur littéraire du « Figaro » .

Personnage complexe et surprenant il est aussi un étonnant auteur comique et comédien. Pour lui, tout devenait théâtre, car toute la vie n'est qu'un immense théâtre. Aussi ce n'est pas en écrivant qu'il donne vie à ses personnages, mais en les jouant, en improvisant. L'échange et le jeu précèdent l'écriture. Et c'est Geneviève, sa femme,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires