Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Lucien Clergue : Les Rencontres d’Arles de la Photographie 2011

L’académicien des beaux-arts évoque cette institution culturelle volontairement étiquetée non conforme

Pour leur 42e édition, du 4 juillet au 18 septembre 2011, les Rencontres d’Arles accueillent des photographes du monde entier. Un rendez-vous de niveau international initié et porté par le talent de Lucien Clergue, de l’Académie des beaux-arts qui raconte ici les débuts de cette aventure aux côtés de Michel Tournier et Jean-Maurice Rouquette, l’importance des ouvrages de photographies, la création de deux prix du Livre décernés dans les arènes de sa ville natale...et l’extraordinaire histoire de la valise de Capa !


Bookmark and Share

A l'honneur cette année, le Mexique, Chris Marker dont on connaît davantage les documentaires que l'œuvre photographique, la valise mexicaine de Robert Capa et tant d'autres... Au final une soixantaine d'expositions à travers toute la ville pour le plus grand bonheur du public amateur et professionnel de la photographie d’auteur : mélange des genres assuré.

Lucien Clergue est le fondateur des Rencontres d’Arles avec l’écrivain Michel Tournier et l’historien Jean-Maurice Rouquette. Il rappelle dans cet entretien que cet événement culturel de renommée internationale est une résultante de Mai 68. À l’époque, les reporters[hotographes n’avaient pas de visage, au premier rang desquels Cartier-Bresson, qui « sortait un canif dès lors qu’on s’aventurait à le prendre en photo ». Or, Michel Tournier produisait une émission, La Chambre noire, qui justement permettait aux téléspectateurs de voir les photographes. Les Rencontres d’Arles ont été créées dans ce sens. Au commencement de l’aventure, toutes les disciplines artistiques étaient présentes. Puis la photographie a pris le pas sur tout le reste, jusqu’à devenir l’unique médium représenté aux Rencontres.





Mais pourquoi implanter ce festival de photographie à Arles ?

Pour Lucien Clergue, natif de la ville, il est important d’avoir des racines. Ce choix s’est donc imposé naturellement à lui. Encore fallait-il constituer une collection de photographies. C’est avec la complicité de son ami Jean-Maurice Rouquette, alors conservateur du musée Réattu d’Arles, que prend forme un important fonds, constitué au début « de bric et de broc » et qui atteint aujourd’hui quelque 4 500 œuvres. Le déclic, pour Lucien Clergue, est venu des États-Unis. Cherchant à voir Guernica au Musée d’Art moderne de New York, (la toile de son ami Picasso dénonçant les atrocités de la guerre civile espagnole était alors à New-york et non en Espagne, en raison du régime du général Franco), il dut traverser des salles consacrées à la photographie et comprit alors l'importance qu'accordaient déjà les musées américains à cet art.


Si la photographie n’a pas de prix aux yeux de Lucien Clergue, le livre en général, et le livre de photographies en particulier, a un caractère sacré. Ainsi(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires