Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mille francs de récompense, le chef-d’oeuvre inconnu de Victor Hugo

"Hugo ? il avait un souffle !" rencontre avec Anne Delbée, invitée de Jacques Paugam

Jusqu’au 5 juin 2011, Mille francs de récompense, une pièce peu connue mais spectaculaire de Victor Hugo, élu à l’Académie française le 7 janvier 1841, est représentée au théâtre national de l’Odéon à Paris. Pour évoquer cette pièce mise en scène par Laurent Pelly et surtout la place du théâtre dans l’œuvre de Victor Hugo, l’invitée de Jacques Paugam est la talentueuse metteuse en scène Anne Delbée.


Bookmark and Share

Actrice, auteur dramatique et grand metteur en scène, entre autres de pièces de Racine, de Claudel ou de Rostand, Anne Delbée fait figure d'autorité sur les scènes françaises. Elle a justement commencé sa carrière avec la mise en scène, en 1970, d'un spectacle intitulé Victor Hugo cet inconnu et a écrit à partir des textes de l'écrivain le plus important de notre histoire littéraire.

- Victor Hugo a toujours refusé que Mille francs de récompense soit jouée de son vivant, Anna Delbée nous éclaire sur la question :

Je ne suis peut être pas le bon avocat, mais je trouve qu’il a eu raison, car j’aime plutôt l’autre penchant d’Hugo, la grande folie, le grand lyrisme, les grands textes comme Ruy blas et Hernani. Quand il traite du social je préfère le roman. Mais c’est une pièce étrange et tout à fait intéressante. Je l’ai relue dernièrement et c’est bien plus qu’un simple mélodrame, dans le contexte actuel c’est quelque chose qui "décolle".
En effet cette pièce est provocante, le personnage central, Glapieu, est étonnant. Il est à la fois Gavroche et Jean Valjean, il incarne la justice et va la rendre. C'est un malfrat sans illusions. S'il choisit un tel personnage, c'est parce qu'Hugo est hanté par ce qu’il a été, c’est-à-dire un proscrit, quelqu’un poursuivi par la police. Mais il faut reconnaître que ça fait du bien de voir ce personnage qui a de la bonté dans l’âme, c’est agréable de lire un grand personnage bon. Certes il a fait une toute petite peccadille, il a piqué quelques petits sous, mais il n’a pas eu de deuxième chance. Cette l'expression même de cette idée que l'on retrouve souvent chez Hugo à savoir que l'on condamne toujours les pauvres.
Cela me fait penser à Genet, que l'on avait accusé d’être un voleur alors que cela n’était pas le cas. Il en est resté marqué toute sa vie. Cela donne de grands poètes.

- Mais la qualité des pièces d'Hugo tient-elle dans cette rigueur dont il faisait preuve en s'obligeant à composer en vers ?

Je trouve qu’il est toujours grand, quoi qu’il fasse. En montant(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires