Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Rive Sud de la Méditerranée, une nouvelle opportunité ?

la chronique économique de Philippe Jurgensen

Quels lendemains pour la Révolution arabe ? Ces Etats en pleine transition démocratique vont avoir besoin de soutien. L’occasion pour l’Union Européenne de s’affirmer en tant que puissance bienveillante dans une région en plein essor économique. Philippe Jurgensen nous expose tous les bénéfices qu’aurait à gagner l’Europe en intervenant.


Bookmark and Share

Les évolutions et révolutions démocratiques qui bouleversent la plupart des pays de la façade sud de la Méditerranée, du Maroc à l’Egypte, lancent à l’Europe un nouveau défi. Pour les craintifs, elles accroissent l’incertitude et les risques – instabilité politique, désorganisation économique, voire dérives islamistes. Pour les optimistes, elles offrent un monde de nouvelles opportunités politiques, économiques et sociales, sans parler de leurs immenses conséquences géopolitiques.
Pour nous en tenir au champ économique qui est celui de ces chroniques, on constatera facilement que l’ouverture démocratique et le regain d’intérêt dont bénéficient ces pays ont largement accru le champ des possibles. Encore faut-il savoir saisir rapidement ces opportunités, ne pas décevoir les attentes et réussir là où nous avons, dans la période précédente, trop souvent échoué à saisir les nouvelles tendances.

***

Que représentent ces cinq pays de la rive Sud?

D'abord un potentiel démographique important : 170 millions d'habitants - près de trois fois la France -, dont la moitié en Egypte. Contrairement à ce que certains continuent à croire, cette population a cessé de s'accroître à un rythme débridé : la fécondité est devenue proche des niveaux européens, à peine supérieure à 2 enfants par femme[[Les taux de fécondité ont spectaculairement chuté depuis une quarantaine d’années dans tous les pays du Maghreb : ils sont tombés de 7 enfants par femme autour de 1970 à 2,35 actuellement au Maroc comme en Algérie (la chute est un peu plus récente dans ce dernier pays, où la fécondité s’est maintenue au-dessus de 7 enfants par femme jusqu’en 1975, mais elle a été encore plus rapide). En Tunisie, la fécondité est tombée de 6,4 enfants en 1970 à juste 2 en 2008, soit un niveau légèrement inférieur à celui assurant une population constante à long terme, qui est de 2,1 enfants par femme.Elle reste en revanche un peu plus élevée (autour de 2,8) en Egypte, où le niveau de vie est plus bas.p[- ; en Tunisie, elle est même inférieure au seuil nécessaire pour le simple renouvellement des générations.
La transition démographique est donc déjà bien avancée. Mais cette population reste en moyenne bien plus jeune que la nôtre - la moitié de la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires