Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Centrales nucléaires : fonctionnement, durée de vie et protocole de sécurité en France

avec Guy Laval de l’Académie des sciences et Gilbert Ruelle de l’Académie des technologies

L’accident de Fuksuhima le 11 mars 2011 a jeté un trouble dans la communauté internationale et notamment française : nos centrales nucléaires sont-elles fiables et pouvons-nous poursuivre l’extension de cette énergie ? Gilbert Ruelle, membre de l’Académie des technologies et Guy Laval, membre de l’Académie des sciences reviennent sur l’histoire du nucléaire civil en France, l’implantation de centrales à eau pressurisée, et le développement de centrales de quatrième génération dont le combustible sera une partie des déchets radioactifs actuellement conservés à La Hague.


Bookmark and Share

Cette émission n’a pas pour ambition de lancer un débat « pour ou contre le nucléaire civil » mais vise à faire comprendre comment fonctionnent les centrales nucléaires, leur durée de vie, le travail des comités indépendants qui réalisent les tests et pourquoi la France s'est tournée vers une énergie électrique essentiellement nucléaire.

C’est pour des raisons d’indépendance énergétique que la France s’est tourné vers le nucléaire civil au moment du premier choc pétrolier.
« Il faut se rappeler que le prix du pétrole avait été multiplié par quatre en quelques mois » en 1970 précise Gilbert Ruelle.
Une tonne d’uranium produit une énergie de 420 000 gigajoules, c'est-à-dire 10 000 fois plus qu’une tonne de pétrole. « Il n’existe pas d’autres sources d’énergies qui aient cette performance » poursuit-il.
En France, nos 19 centrales (pour 58 réacteurs) sont de deuxième génération. Elles fonctionnent sous le principe de l’eau pressurisée (PWR), le fonctionnement le plus commun et le plus répandu dans le monde.

« Ces centrales sont basées sur la fission par neutrons lents. Elles utilisent la réaction entre neutrons et le noyau d’un métal lourd. Lorsqu’ils entrent en collision, ils se divisent en deux morceaux que nous appelons les produits de fission. L’énergie libérée est disponible sous forme de chaleur » nous explique Guy Laval. Le système d’eau pressurisée permet de ralentir les neutrons. La température diminuant, les réactions de fission se produisent plus facilement
Point positif de ces centrales à neutrons lents : elles assurent une grande sécurité de fonctionnement.
Point négatif : elles ne brûlent qu’une toute petite partie du combustible, l’uranium 235, soit 0.7% de l’uranium. Les 97,3 % d’uranium sont actuellement considérés comme déchet.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires