Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

"Musique que me veux-tu ?" par Gilles Cantagrel : Liszt 2/2

Liszt "l’Européen," par Gilles Cantagrel, correspondant de l’Académie des beaux-arts

Pour les 200 ans de la naissance de Liszt, Gilles Cantagrel, correspondant de l’Académie des beaux-arts, évoque ce virtuose européen et généreux.


Bookmark and Share

Après un retour sur la vie tumultueuse du compositeur interprète, Gilles Cantragrel nous décrit, dans cette seconde partie, un homme de musique et de foi.


Ermite et prophète


Missa choralis : Sanctus

Cette musique chorale dépouillée, avec ses références à l’art de la Renaissance en même temps qu’elle préfigure les rites choraux de Parsifal, est le Sanctus de la Missa choralis de Franz Liszt. Etonnement ! L’homme de Faust et de Don Juan, le virtuose international acclamé sur toutes les scènes, l’idole des jeunes femmes de la meilleure société, lui qui a déclenché au piano ou à l’orchestre tant d’ « orages désirés », le voici à présent devenu un pieux musicien catholique, et d’une sincérité dont il est impossible de douter. Et pour chanter « Saint, saint, saint est le Seigneur ! », pas de fracas, ni de sonneries triomphales selon l’usage : tout mène au recueillement. C’est là l’autre face de la personnalité si complexe et si riche de Liszt. Dès sa jeunesse, il avait connu des accès de mysticisme et songé à entrer dans les ordres. Plus tard, dans son amour de la nature, c’est son Dieu créateur qu’il célébrait. Rappelons-nous George Sand, accompagnant Marie d’Agoult et Franz, lors de leur vie tumultueuse, et même scandaleuse aux yeux du monde, répondant à l’hôtelier qui leur demande d’où ils viennent : « De Dieu ». Et où ils vont : « Au ciel ». Et voici qu’avec l’usure du temps, l’emprise croissante de sa compagne, la princesse Carolyne de Sayn-Wittgenstein que le pape lui refuse d’épouser au dernier moment, la mort de son fils Daniel puis de sa fille Blandine, il rompt avec Weimar et sa vie antérieure, retrouve Rome où il s’établit, et les chemins de la foi. Au piano, il va évoquer Les Jeux d’eau à la villa d’Este, mais cette eau est l’eau lustrale du baptême. Une autre pièce de piano va célébrer la Bénédiction de Dieu dans la solitude. Et voici un lied en allemand,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires