Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

De l’incertitude européenne... à un christianisme peu enclin à l’égalité moderne : Pierre Manent (2/2)

Admirateur de Tocqueville sans s’interdire un regard critique, le disciple de Raymond Aron s’entretient avec Damien Le Guay

L’Europe, une destinée troublée... Un des sujets que Pierre Manent présente dans son livre Le regard politique (livre d’entretiens, introduction à sa vie et à son parcours) et dans cette émission dont nous vous présentons ici le second volet. Le disciple de Raymond Aron, professeur à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) nous donne également sa vision sur l’idée d’égalité chrétienne en Occident. Il n’hésite pas à remettre en cause la pensée de Tocqueville.


Bookmark and Share

Dans un premier entretien Pierre Manent a brossé les traits principaux de son œuvre – lui qui vient de faire paraître « le regard politique » un livre d’entretiens paru chez Flammarion. Rappel : les propos rédigés ci-dessous ne sont qu'un résumé de l'émission. Pour saisir les nuances de la pensée exprimée par notre invité, il convient d'écouter les deux émissions en intégralité

Mais où va l'Europe ?

L’Europe cherche sa forme politique, nous dit Pierre Manent. Tiraillée entre les modèles de l'Etat-nation et de «l'empire européen», elle hésite, ne sait pas vers où elle va, et risque de se perdre. Elle se retrouve plongée au coeur de ce que Pierre Manent nomme : un « moment cicéronien », moment d’indétermination politique entre un modèle puissant qui n’est plus aussi prégnant qu’avant et un autre qui n’est pas encore là et n’arrive pas à s’imposer. «De toute évidence», ajoute Pierre Manent, «la Nation est discréditée», ce qui n’est pas sans l’alerter. Aussi est-ce une tâche de recomposition qui nous attend et qui n’est pas sans ampleur. Recomposition d'autant plus difficile à mener que nous sommes dans l’illusion d’une « religion de l’humanité » qui est, nous dit Pierre Manent, un « voile sur nos yeux et un édredon sur notre cœur ». Cette «idiosyncrasie européenne» nous conforte dans l'idée que nous serions le point le plus avancé de l'humanité, l'idéal de chaque nation, alors qu'en réalité «l'exception européenne» fait bien peu d'émules. Et, à vrai dire, comment s'en étonner lorsque l'on sait que l'Union Européenne est confrontée à une crise telle que seule une forme politique révolutionnaire pourrait l'en sortir. Situation assez paradoxale pour une union qui a été pensée comme un modèle résolument inédit par nature. Cependant trop concentrée sur sa construction intérieure, elle en a(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires