Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Daniel Mesguich, poète voyant du théâtre

Le directeur du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris s’entretient avec Jacques Paugam

Daniel Mesguich est à la fois comédien, metteur en scène de théâtre et d’opéras, créateur et directeur de troupes, professeur d’art dramatique et, depuis 2007, directeur du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Au coeur de l’actualité théâtrale avec la mise en scène d’une nouvelle pièce d’Hélène Cixous "La fiancée aux yeux bandés" et la publication d’un nouveau « Que sais-je » dédié au théâtre et écrit en collaboration avec Alain Viala, il est dans cette émission l’invité de Jacques Paugam.


Bookmark and Share

Ce sont les 27 et 28 avril 2011 que vous pourrez assister, à l'espace Cardin, à la représentation de « La fiancée aux yeux bandés », pièce écrite par Hélène Cixous pour Daniel Mesguich. Théoricien du théâtre, il est l’une des 5 ou 10 personnes qui, à l’instar des Jean Vilar, Antoine Vitez, Ariane Mnouchkine, Peter Brook et quelques autres, ont profondément marqué l’évolution de la conception que l’on s’est faite de cet art en France, et de part le monde, depuis la seconde guerre mondiale. Et, toujours aussi audacieux et visionnaire, il n'hésite pas à mettre en scène cette nouvelle pièce avec la participation exclusive des élèves du Conservatoire.

Un couple talentueux nous parle d'amour

Cette deuxième collaboration avec Hélène Cixous - souvenons-nous de L'Histoire (qu'on ne connaîtra jamais) en 1994 - s'annonce tout aussi savoureuse que la première grâce aux talents de Daniel Mesguich et de celle qu'il considère comme « le grand écrivain de notre époque », elle qui revient de « ses plongées » dans la nuit les mains chargées de « perles, diamants, animaux fabuleux, rêves, cauchemars, et d'amour en tout cas. » C'est de ces abysses poétiques qu'est tirée l'inspiration de cette fiancée aux yeux bandés, de cet «Hamlet qui vient après l'Hamlet de Shakespeare chronologiquement mais qui d'autre part vient avant.» comme se plaît à le dire Daniel Mesguich. Car l'on y fait bien référence au célèbre dramaturge d'Albion, qui devient un personnage à part entière, tout comme le philosophe Soren Kierkegaard d'ailleurs, tous deux réunis dans cette histoire d'amour rocambolesque. Et lorsqu'on connaît la vie de Daniel Mesguich, on sait quel prix il accorde à cette passion, lui qui à 10 ans quittait un éden algérien où «l’amour circulait sans arrêt, sans difficulté» entre ses parents, sa soeur et lui.



Mesguich l'insolent

L'on pourrait donc trouver étonnant que ses premières mises en scène - Le Château en 1972 puis Le Prince travesti de Marivaux en 1973 - ne l'aient pas fait aimer du milieu intellectuel gravitant autour des rideaux rouges. En effet il ne met pas en scène pour se faire aimer, certes, mais il ne désire pas pour autant se faire(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires