Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Yvon Gattaz : le goût d’entreprendre

Une communication à l’Académie des sciences morales et politiques
Ecoutez Yvon Gattaz disserter, de façon non conformiste, sur le goût d’entreprendre et l’esprit d’entreprise ! Quel est le secret d’une entreprise innovante et quelles sont les qualités nécessaires pour devenir un entrepreneur performant ? Quelle part faut-il laisser au risque et quelle part à la prévoyance (un bon plan de développement et quelques fonds solides sont aussi indispensables... ) Suivez les conseils et les recettes données par le président de "Jeunesse et entreprise".


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : ES613
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es613.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida6872-Yvon-Gattaz-le-gout-d-entreprendre.html
Date de mise en ligne : 15 mai 2011

Cette communication d’Yvon Gattaz a été présentée le lundi 4 avril 2011 devant l’Académie des sciences morales et politiques. L’intégralité du texte peut être lu sur le site de l’Académie des sciences morales et politiques.

"Nous parlerons donc d’entreprendre, mais je voudrais faire quelques remarques liminaires sur le "goût" du titre imposé. Mon Gaffiot, qui supplée si efficacement ma mémoire scolaire, me rappelle que gustus est à la fois l’action de goûter et le goût d’une saveur. L’exercice imposé est plutôt ici le penchant, l’attrait, l’inclination, voir l’appétence ou même la vocation. Mais cette sensibilité des papilles est-elle génétique et irréversible ? Ou peut-elle se développer avec l’âge et l’exemplarité ? Je crois, pour ma part, que ce goût peut devenir un désir, un besoin, une ardente obligation, une réalisation, une explosion incoercible. Nous le constatons avec les jeunes que nous tentons d’initier à l’acte d’entreprendre et qui ne semblent pas en avoir le goût génétique. Par l’exemple, ils s’interrogent et le désir naît subrepticement. Et l’on passe ainsi du goût d’entreprendre à l’esprit d’entreprise. Nous sommes revenus, par ce petit détour, à la case départ, l’esprit d’entreprise.

Le goût d’entreprendre existe donc dans d’innombrables domaines, et vous me pardonnerez de prendre ici l’exemple que je connais le mieux : la création d’entreprise, par une sorte de métonymie , la partie pour le tout.

Remarquons tout de suite que l’esprit d’entreprise peut souffler partout, et toucher toutes les professions. S’il se manifeste le plus spectaculairement dans la création d’entreprises nouvelles, il apparaît cependant, et parfois avec intensité dans des fonctions où on ne l’attendait pas, par exemple chez les fonctionnaires. Nous connaissons des fonctionnaires qui prennent d’innombrables initiatives dans les domaines les plus variés, avec prise corollaire de risques personnels qui pourraient être éventuellement sanctionnés.

Etant petit-fils, fils et père d’enseignants, j’ai pu constater dans ce milieu des initiatives étonnantes : mon père a lâché l’enseignement pour sa passion, la peinture, et pour un poste de Conservateur de musée qu’il assuma pendant trente ans. L’un de mes fils s’occupe activement de jeunes, bénévolement et hors des cours bien sûr, et a rédigé pour eux un petit guide de l’orientation en montagne, ce qui prouve que notre famille s’intéresse à toutes les formes d’orientation. Et autour de nous, combien avons-nous, dans cette enceinte même, d’exemples insignes d’initiatives et du risque qui leur est attaché, avec des réalisations magnifiques dans des domaines inattendus. Vous le savez, je suis, sans état d’âme, fier d’être « entrepreneur » dans différents domaines, mais surtout entrepreneur dans l’entreprise et l’industrie.

Au passage, je rappellerai que le mot « entreprise » est très récent en France et que le gros Littré de 1980 consacrait une seule ligne sur cinquante-deux à « l’entreprise commerciale » tout en insistant sur les termes de vénerie et en signalant longuement qu’un homme entreprenant était celui qui faisait des avances à une femme. Vous le voyez, l’entreprise que le Littré désignait comme commerciale, a été longtemps inconnue. Or, les Français sont ainsi faits qu’ils ne se familiarisent qu’avec une entité qui porte une dénomination et entre dans une classification précise. Puisque l’entreprise n’existait pas, qui pouvait vouloir en créer une ?

Lorsque j’étais lycéen, dans mon petit collège de Bourgoin dans l’Isère, notre professeur de sciences naturelles, Monsieur Bouteille nous demandait d’apporter le lundi les insectes que nous aurions pu trouver dans les prés et les bois pendant le week-end. Il cherchait dans ses gros livres le nom de l’insecte, nous le donnait généralement en latin, et s’il ne trouvait pas, il nous le rendait avec cette mention définitive : « cet insecte n’existe pas », affirmation qui nous plongeait déjà dans un abîme de perplexité. Perplexité que j’ai retrouvée bien longtemps plus tard avec l’entreprise elle-même, insecte qui n’existait pas. Et pour rester dans l’anecdotique vécu, je vais maintenant vous narrer un petit conte illustrant notre thème de ce jour, « Le goût d’entreprendre ». ...

(Lire la suite sur le site de l’Académie des sciences morales et politiques).

Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, Yvon Gattaz a tout d’abord été ingénieur aux Acieries du Nord puis aux Automobiles Citroën. En 1952 il fonde, avec son frère, la société Radiall, spécialisée dans les composants électroniques, et reste Président-directeur général de cette société jusqu’en 1993. Depuis 1994, il est Président du Conseil de surveillance du Groupe Radiall-Composants électroniques. Membre du Conseil exécutif du Conseil national du patronat français (CNPF) depuis 1975, Yvon Gattaz en est élu président en 1981, au moment où François Mitterrand est élu Président de la République. A ce poste, il prêche pour le réalisme économique. Depuis 1986, il est président d’honneur du CNPF, devenu Medef. Yvon Gattaz a été également membre du Conseil Économique et social de 1979 à 1989. Yvon Gattaz a fondé, en 1975, le mouvement ETHIC (Entreprises de taille humaine industrielles et commerciales). Il est actuellement Président fondateur de l’Association Jeunesse et entreprise, fondée en 1986 pour favoriser la formation et l’insertion des jeunes dans la vie professionnelle, et Président fondateur de l’association des moyennes entreprises patrimoniales (ASMEP), afin de défendre les entreprises patrimoniales.




En Savoir plus :
- Retrouvez Yvon Gattaz dans nos articles :
- Yvon Gattaz ;
- Yvon Gattaz, de l’Académie des sciences morales et politiques : La seconde vie. Faire de sa retraite un succès
- et Yvon Gattaz, quelle harmonie sociale dans l’entreprise ?
- L’association Jeunesse et Entreprises fondée par Yvon Gattaz






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires