Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Sites et Monuments la revue qui défend le patrimoine monumental et paysager

avec Robert Werner, rédacteur en chef, Correspondant de l’Académie des beaux-arts

Robert Werner, rédacteur en chef, correspondant de l’Académie des beaux-arts, présente ici la revue " Sites et Monuments " dont il est, avec Pierre Bénard, co-rédacteur en chef. Il évoque l’histoire de la revue, le contexte de sa création, l’origine de la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France dont il est l’un des administrateurs, et dont c’est la publication.


Bookmark and Share

Notre invité confie : " Comment ne pas se sentir impliqué quand il s'agit de défendre notre patrimoine ? Nous avons la chance d'avoir en France un patrimoine exceptionnel. Quand j'ai quitté TF1, où, après avoir été grand reporter, j'ai créé " l'Unité Patrimoine " dont je fus le rédacteur en chef, je me suis aussitôt intéressé à une ancienne revue, " Sites et Monuments ", que j'emportais au fil de mes reportages. Je savais qu'elle se faisait l'écho des multiples combats menés par la Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France en faveur de la préservation de la beauté de notre pays. Cette dernière est née en 1901 et eut pour premier président le poète et académicien français, Sully Prudhomme, qu'on ne lit pas assez, et qui fut pourtant lauréat du prix Nobel cette même année 1901.
Nous étions alors en pleine période d'industrialisation, et cette société - on appelait alors ainsi les différents mouvements associatifs en mars de la même année et jusqu'à octobre, où apparaît la loi sur les associations - s'était fixé comme but de protéger le patrimoine paysager certes, mais aussi les sites pittoresques ainsi que des demeures comprenant aussi bien des maisons de maître que de charmants ensembles autour des villes. C'étaient des villages avant de devenir, trop vite, des banlieues dont certaines, aujourd'hui, ne conservent plus rien de ce passé villageois, voire champêtre...
Cette société voulait donc servir de rempart en quelque sorte aux implantations industrielles néfastes aux sites, et c'est ainsi qu'au début du 20e siècle, avec Charles Beauquier, député du Doubs et le nouveau président, elle va défendre vigoureusement un site magnifique : la source du Lison. L'élu intervient à la Chambre - c'est ainsi qu'on appelait alors l'Assemblée Nationale - dans un vibrant discours : " Epargnons le Lison s'exclame-t-il, mais épargnons aussi tous les Lison en France !..."
L'intervention fit grand bruit, la presse s'en fit l'écho, et le Lison fut sauvé.

C'était la préfiguration de futures lois et, pourquoi pas, d'un futur ministère de l'Ecologie. Le parlementaire et président de la SPPEF eut du succès au sein d'un public sensible à une France dont il voulait préserver les attraits, mais parmi les politiques, beaucoup se moquèrent de lui !
Il y eut, évidemment, par la suite, au cours des décennies, un grand nombre de combats menés par cette société de défense du patrimoine : des combats sur tous les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires