Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

A la rencontre des comètes, leur passage et leur formation, grands sujets d’observation !

Par Olivier Groussin, du laboratoire d’astrophysique de Marseille. Une conférence du Bureau des longitudes

Les comètes fascinent les hommes depuis l’Antiquité. Ces objets spectaculaires et éphémères ont pendant longtemps été considérés comme des signes de mauvais augure. Au cours de la dernière décennie, notre compréhension des comètes a beaucoup évolué, notamment grâce aux missions spatiales Deep impact, EPOXI et Stardust-NExT, qui nous ont fourni des images fantastiques de ces petits corps glacés. Au cours de son intervention, Olivier Groussin présente l’état actuel des connaissances sur ces objets passionnants, témoin de la formation et de l’évolution du Système solaire. Retransmission de la conférence du Bureau des longitudes d’avril 2011.


Bookmark and Share

Depuis l'antiquité, les comètes passionnent les hommes. Déjà chez les Chaldéens on retrouve des traces de cet intérêt. La première partie de l’intervention Olivier Groussin revient sur l'histoire de l'observation des comètes au cours des siècles. « Les hommes observent mais n’interprètent pas, où alors ils voient dans le passage des comètes des présages qui font l’objet de superstitions ».
En Europe, il faut attendre la Renaissance pour obtenir les premières interprétations scientifiques.

L’histoire des comètes a commencé il y a 4,5 milliards d’années ; un âge qui correspond à l’effondrement d’un nuage moléculaire et à la formation d’un disque chaud et épais de gaz et de poussière. C’est à cette période que les planètes se forment, ainsi que les comètes, les astéroïdes et les objets transnéptuniens.

On observe deux grands réservoirs de comètes : la ceinture du Kuiper (au-delà de Neptune) et le nuage de Ooct (près de Jupiter). La première donne des comètes de courtes périodes comme Tempel 1 qui passent tous les 6 ans. La seconde donne des comètes de longue période comme la comète de Hale-Bopp.

Les missions spatiales d'observation des comètes

| Sonde Giotto | Comète Halley en 1986 |
| Sonde Deep space one| Comète Borelly|
| Sonde Stardust | Comète Wild 2 (observation de dépressions en surface) |
| Sonde Deep Impact | Comète Tempel 1. On observe des surfaces lisses (donc jeunes), ainsi que des cratères d’impacts et des dépressions autres que des cratères. |
|Sonde Stardust next | Comète Tempel 1. Il s’agit cette fois-ci d’observer l’autre face de la comète. On observe des dépressions circulaires, comme des terrasses. Les dernières images datent de février 2011. |
| Sonde Epoxy | Comète Hartley 2. Les observations ont été menées en novembre 2010. On constate une activité importante à la surface avec des zones lisses mais aussi dans ces surfaces des blocs de matériaux éjectés. |

Grâce à ses observations, on comprend que la longue chevelure de la comète n’est rien d’autre que du gaz et de la poussière mais qu'elle mesure pas moins d’une unité astronomique !
On détermine la chaleur d'une comète entre 300 et 400 Kelvins en son cœur.
On comprend aussi que son noyau est poreux et que sa densité est faible. La glace en surface découverte(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires