Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jérôme Deschamps : des Deschiens à la Comédie française, l’humour dans tous ses états !

Un entretien exclusif de l’auteur metteur en scène, invité de Jacques Paugam

"Un fil à la patte" de Feydeau joué à la Comédie française jusqu’en juin 2011 est dû à la mise en scène de Jérôme Deschamps. L’auteur, acteur, metteur en scène, fondateur de la troupe Les Deschiens, et actuel directeur de l’Opéra comique, se confie entre humour, talent et humanisme, et révèle les clés de son métier au micro de Jacques Paugam


Bookmark and Share

Jérôme Deschamps, auteur, acteur et metteur en scène, pensionnaire de la Comédie Française de 1974 à 1976, a fondé en 1979 avec Macha Makeieff la troupe de la famille Deschiens, et a monté toute une série de spectacles dont il est auteur et metteur en scène. A la télévision, la série de Deschamps diffusée sur Canal + a constitué une série culte. Parallèlement à ses propres créations, il a mis en scène des pièces, entre autres de Molière et de Labiche ainsi que plusieurs opéras. Il dirige d’ailleurs depuis 2007 l’Opéra Comique. Il a également monté à la Comédie française le spectacle Feydeau qui se joue jusqu'au 18 juin 2011. Tous ceux ou presque auquel l’âge a donné le privilège de suivre l’actualité théâtrale depuis 50 ans sont d’accord pour reconnaître que cette version Deschamps du « Fil à la patte » est la meilleure depuis celle proposée en 1961 à la Comédie française par Jacques Charon.

Feydau dans un grand théâtre public : un grand auteur ?





J.D : Feydeau a très longtemps été considéré comme un auteur de boulevard avec la dimension péjorative que peut avoir cette expression, il a d’ailleurs été refusé à la Comédie française, on n’a pas voulu l’inscrire au répertoire tout de suite. Puis il y a eu une découverte de ce répertoire absolument génial qui est léger, et doit être joué avec élégance et une certaine humilité, et qui ne manque pas de fond contrairement à ce que l’on croit. Il y a eu effectivement toute une époque où l’on trouvait absurde de jouer cela dans le théâtre public comme si c’était réservé aux rires les plus gras.

Feydeau, une mécanique ?

J.D : C’est vrai qu’il s’agit d’une horlogerie extraordinaire surtout lorsqu’on pense qu’il rédigeait au fil de la plume. Il y a une excellence. La construction est extrêmement savante, il n' y a pas de scène faible. Il ajoutait des traits d’esprit sublimes. Et même des situations qui n’ont pas vraiment de nécessité. Est-il bien nécessaire qu’un personnage sente mauvais et que la sœur de Lucette ait faim ? Finalement cela donne un piment à l’œuvre. Il joue sur la répétition parce que c’est un art du théâtre et c’est un homme de plateau. On a le sentiment même que les réactions du public sont écrites. Et si jamais les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires