Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Florence Delay : Don Juan pourrait-il être aimable ou sincèrement aimé ? (3/5)

Florence Delay, de l’Académie française, explique l’originalité du Don Juan de Suzanne Lilar

Florence Delay de l’Académie française nous révèle comment Suzanne Lilar, dans Le Burlador. L’ange du démon, pièce écrite en 1943, a renouvelé le mythe en tournant le donjuanisme vers les préoccupations féminines de son temps. Don Juan, là où on ne l’attendait pas.


Bookmark and Share

Le Burlador, le Don Juan de Suzanne Lilar (1901-1992) n'en est pas moins homme. Serait-il capable d'amour ? Se délivrera-t-il de sa vocation de séducteur ? Les femmes sont-elles vraiment ses victimes ? Pourquoi les hommes le détestent-ils ? Don Juan serait-il aimable ?
Deux textes nous permettent de mieux connaître cet écrivain, Suzanne Lilar, et son oeuvre :
- d'une part, l'article qui lui est consacré dans le "Dictionnaire de Don Juan" dirigé par Pierre Brunel
- d'autre part, de la communication de Jacques De Decker, à l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, en 2008. Communication intitulée : "Suzanne Lilar et Julien Gracq: une amitié littéraire".

Suzanne Lilar, une intelligence toute mêlée de sensualité

Dramaturge, romancière et essayiste belge, Suzanne Lilar fut une pionnière, à plusieurs titres. Tout d'abord elle a ouvert la voie aux femmes de son pays dans la profession d'avocat. Elle fut la première femme à plaider au barreau d'Anvers, gérant son propre cabinet. Puis elle fut pionnière en littérature avec sa pièce sur Don Juan. Elle a alors quarante ans. Sa maturité et son épanouissement lui donne la liberté d'écrire sur ce thème sensible et sensuel.


Jacques De Decker dans sa communication écrit :

« Au milieu du siècle dernier Suzanne Lilar a connu au théâtre un franc succès. La scène l'attire depuis longtemps. Encouragée par son mari, Albert Lilar, elle écrit en 1943, sa première pièce, Le Burlador. En 1944, elle l'a fait lire à Fernand Crommelynck, qui organise une visite commune au plus illustre interprète du rôle de Don Juan de l'époque, Louis Jouvet, sans que cela débouche sur un projet concret. L'intercesseur décisif sera Henry de Montherlant : il recommande la pièce à Mary Morgan, directrice du théâtre Saint-Georges, qui décide de la programmer. La première a lieu le 12 décembre 1946, dans une mise en scène de Louis Ducreux. Il y aura plus de 140 représentations, y compris la tournée en Belgique en 1947. Parue initialement aux Éditions des Artistes, elle est reprise dans France-Illustration, décroche le prix Picard et le prix Vaxelaire de l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, sera traduite dans une demi-douzaine de langues. »(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires