Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Académie des sciences rend hommage à Georges Charpak

Retransmission intégrale de la cérémonie du 1er mars 2011
Huit interventions évoquent les multiples liens que cet humaniste engagé, Prix Nobel de physique (1992), a tissés tout au long de sa vie. Cette séance exceptionnelle s’est tenue dans la grande salle des séances de l’Institut de France, le mardi 1er mars 2011 et s’est terminée par une allocution de Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : es603
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es603.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida6675-L-Academie-des-sciences-rend-hommage-a-Georges-Charpak.html
Date de mise en ligne : 6 mars 2011


Georges Charpak est né en 1924 en Pologne. Arrivé en France en 1931, il intègre dix ans plus tard le lycée Saint-Louis de Paris en mathématiques spéciales. En 1942, un camarade, fils de policier, l’informe de l’arrestation de sa famille. Ils fuient à Montpellier.
Il poursuit ses études dans cette ville et entre dans la Résistance. Mais en 1943, arrêté pour faux état civil et distribution de tracts, il est condamné à deux ans de prison. Considéré "étranger à expulser", il est transféré à la Centrale d’Eysses avant d’être déporté au camp de concentration de Dachau.
Il fait partie des survivants du camp. Très affaibli, il participe en août 1945 au premier congrès de l’Amicale des anciens détenus patriotes de la Centrale d’Eysses. Naturalisé Français en 1946, Georges Charpak entre à l’école des Mines l’année suivante. Diplômé en 1947, il rejoint en 1948 le CNRS au laboratoire de Frédéric Joliot-Curie.
Il obtient son doctorat ès sciences en 1955.

Georges Charpak
Georges Charpak
© Louis Monier

Le CERN
Promu maître de recherches au CNRS en 1959, il rejoint le CERN à Genève où le recrute Léon Lederman, futur prix Nobel de physique 1988. C’est dans ce dernier laboratoire qu’il met au point avec son équipe la chambre proportionnelle multifils qui remplace rapidement la chambre à bulles en accélérant l’acquisition des données et facilitant leur traitement informatique.
A chaque fois, il pend soin de déposer des brevets au fur et à mesure de la mise au point de ses détecteurs.
Professeur associé au Laboratoire d’électricité générale à l’ESPCI à partir de 1980, il est nommé titulaire de la chaire Joliot-Curie en 1984. Il y retrouve Pierre-Gilles de Gennes, futur prix Nobel de physique en 1991. Il développe des applications médicales de ses détecteurs de particules et participe à la fondation d’entreprises d’imagerie biomédicale, dont une avec son fils Yves, médecin évaluateur en santé publique.
Il est élu membre de l’Académie des sciences le 20 mai 1985.

Le Nobel en 1992

C’est en 1992 que Georges Charpak reçoit le prix Nobel de physique « pour son invention et le développement de détecteurs de particules, en particulier la chambre proportionnelle multifils ».

La main à la pâte

En 1995, Georges Charpak rejoint par Pierre Léna et Yves Quéré, également membres de l’Académie des sciences, lancent l’opération La main à la pâte, une action en faveur de la rénovation de l’enseignement scientifique à l’école et au collège, en France et à l’étranger qui se poursuit aujourd’hui avec succès.
Depuis, des conventions entre plusieurs Académies des sciences ont permis d’étendre la démarche et les méthodes à de nombreux pays dans le monde, dont la Chine.

« Inculquer, dès l’enfance, les méthodes de base du raisonnement scientifique est la seule chance de doter les générations futures des moyens d’un rapport dépassionné, raisonnable avec la science. C’est un enjeu de civilisation ». Georges Charpak.

Georges Charpak s’est éteint en septembre 2010.

Hommages et témoignages de ses confrères, collègues et amis

Retrouvez au cours de cette retransmission intégrale les interventions des personnalités suivantes :

Alain Carpentier, Président de l’Académie des sciences :« C’était un homme constamment reconnaissant qui devint un homme d’exception »

Jacques Lewiner, Directeur scientifique honoraire de l’ESPCI ParisTech : « Tous les thésards se rappellent d’une personne qui avait dix idées par jour. Quand on commençait une manipulation, il avait déjà une autre idée. » [...] « Il faisait un cours où il intégrait énormément de données. Les élèves ne comprenaient rien, mais ils n’auraient raté ses cours pour rien au monde. »

Michel Davier, membre de l’Académie des sciences : « En obtenant un poste permanent au CERN, Georges Charpak se lance dans le développement de détecteurs de particules. Il imagine un détecteur ayant la même précision qu’une chambre à bulle mais un million de fois plus rapide. C’était une révolution dans l’expérimentation en physique des particules. En 1967, il fait fonctionner la première chambre multifils. Il perfectionne son idée, imagine une chambre où les fils sont écartés. Aujourd’hui, tous les détecteurs de particules au monde utilisent ce système. »

Richard Garwin, IBM Fellow Emeritus : « Il avait une opinion très positive de l’énergie nucléaire civile mais il était très vertement opposé aux armes de destructions massives. François Mitterrand l’a même reçu à ce sujet en 1995. Nous avions publié ensemble "De Tchernobyl en tchernobyls" en 1997 ».

Yves Quéré, membre de l’Académie des sciences :« Après son prix Nobel, Georges Charpak a tout de suite songé à l’école envers laquelle il pensait avoir une dette. Il s’est inspiré des expériences de Léon Lederman qui s’intéressait déjà à la question de l’éducation aux sciences dans la région de Chicago pour proposer en France La main à la pâte ».

Dusan Sidjanski, Conseiller spécial du Président de la Commission européenne :« Avec La main à la pâte, ce n’est pas seulement l’apprentissage du raisonnement, c’est aussi l’apprentissage de la démocratie. Nous venons de lancer le projet Pollen où les enfants sont à la fois "chercheurs et citoyens". Avec un autre projet européen initulé Fibonacci, ce sont 12 centres qui vont diffuser dans plusieurs villes européennes les grands principes de La main à la pâte. »

Robert Germinet, ancien Directeur de l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne : « Georges Charpak disait qu’il ne fallait pas confondre ascenseur social et escalier de service. L’accès aux jeunes des grandes écoles ne se décrète pas par un égalitarisme de façade. Il doit se faire bien avant, en primaire.
[...] Malgré la maladie et la souffrance, il était lucide sur les usages militaires pernicieux de l’atome. Il avait peur d’une catastrophe, tout en étant convaincu que si c’était le cas, il naîtrait des êtres humains organisés différemment. »


Clotilde Marin Micewicz, Formatrice à l’école primaire, membre de l’équipe La main à la pâte : « Il avait ce souci de connaître l’avis des gens de terrain. Il voulait valoriser les enseignants et redonner le goût et le plaisir de la science de Vaux-en-Velin à Bogotá, pour tous les enfants des quartiers déshérités. »

Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : « Son optimisme ne fut jamais naïf et aveugle. Il fut l’un des premiers chercheurs entrepreneurs, développant des outils plus performant pour les radiologues et exposant les patients à des radiations beaucoup moins importantes. Il était toujours là où on ne l’attendait pas, militant pour le nucléaire civil tout en fustigeant les armes nucléaires.
[...]Il avait confiance en la science, le progrès et l’humanité. Il nous a légué cette confiance, nous devons nous y montrer fidèles. »


Ses témoignages sont ponctués par des intermèdes musicaux :
Wolfgang Amadeus Mozart, Adagio du concerto pour clarinette
Max Bruch, Pièces romantiques pour clarinette, alto et piano
Dolinova/Maratka, Csardas pour clarinette, alto et piano

Interprétation : Michel Lethiec, clarinette ; Karine Lethiec, alto ; Anne Quéré, piano

En savoir plus :

- Georges Charpak, 1924-2010, membre de l’Académie des sciences

- Nos émissions sur Georges Charpak

- La main à la pâte
- Projet Pollen (en anglais)
- Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires