Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Séance solennelle de l’Académie des sciences 2010 (2/2)

Remise de la seconde partie des prix de l’Académie des sciences et discours de clôture de Christian Amatore
Retransmission intégrale de la seconde séance solennelle de remise des grands Prix et des prix thématiques 2010. Le président de l’Académie des sciences, Alain Carpentier, évoque en ouverture les liens entre l’Académie et le Ministère de la recherche. Christian Amatore, dans son discours de clôture, revient sur la place de la science dans notre société actuelle, une science à la fois admirée et redoutée.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : cou550
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/cou550.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida6571-Seance-solennelle-de-l-Academie-des-sciences-2010-2-2.html
Date de mise en ligne : 30 janvier 2011

Au cours de cette seconde partie de remise des Prix thématiques et Grands prix 2010 qui avait lieu sous la Coupole de l’Institut le 25 janvier 2011, le président de l’Académie des sciences Alain Carpentier rappelle les rapports cordiaux mais indépendants entre l’Académie et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le tout en présence de Madame le ministre Valérie Pécresse.
En préambule, il revient sur l’autonomie des universités dont la mesure périlleuse a été saluée par l’Académie. Et Alain Carpentier de poursuivre : « Il reste désormais à se pencher sur les procédures administratives lourdes pour des chercheurs. Il est nécessaire de mettre en place le principe du dossier unique. Qu’il s’agisse de l’INSERM, du CEA, du CNRS, des instances européennes et des fondations privées, tous ont leurs propres formulaires. Les chercheurs passent plus de temps à remplir des papiers qu’à chercher. Nous avons besoin plus de liberté que de contrôle. »

La cérémonie se poursuit par la présentation de Michaël Francis Atiyah, lauréat de la Grande Médaille 2010 de l’Académie des sciences.
Michael F. Atiyah est professeur honoraire à l’université d’Édimbourg, mathématicien membre de la Royal Society et associé étranger à l’Académie des sciences. Cette grande médaille, plus haute distinction de l’Académie des sciences, lui est remise pour l’ensemble de son œuvre mathématique, pour sa contribution fondamentale au rapprochement des mathématiques et de la physique, pour avoir formé et éclairé une génération de scientifiques par la qualité de ses écrits et de ses exposés, et pour la part essentielle qu’il a prise à l’organisation de la communauté scientifique.

Dans sa réponse, le libano-écossais Michaël Atiyah revient sur ses origines et ses rencontres de mathématiciens français tels que Jean-Pierre Serres, Henri Cartan, Jean-Michel Bismut, (aujourd’hui tous membres de l’Académie des sciences), ou encore le controversé Nicolas Bourbaki.

La seconde partie de la cérémonie est consacrée à la présentation des travaux des lauréats et notamment à la remise des diplômes des Olympiades nationales et internationales de mathématiques et de chimie.
Les Olympiades sont des compétitions organisées par les sociétés savantes, ouvertes aux élèves de première et de terminale.

OLYMPIADES NATIONALES

MATHEMATIQUES :
- Série S : Diane Gallois-Wong et Nicolas Forien
- Série STI : Jordan Savariaud

CHIMIE :
- Guillaume Fraux
- Rémi Monin

OLYMPIADES INTERNATIONALES

MATHEMATIQUES :
- Thomas Budzinski
- Diane Gallois-Wong
- Jean-François Martin

CHIMIE :
- Baptiste Couet
- Rémi Patin

Retrouvez la liste complète et détaillée des lauréats sur le site de l’Académie des sciences.

LES GRANDS PRIX

BOURSE LOUIS GENTIL-JACQUES BOURCART
La bourse est décernée à Karine WAINER est docteur en sciences de la Terre, et plus particulièrement en paléoclimatologie. Elle est, depuis octobre 2009, ATER à l’université de Nice-Sophia-Antipolis. Karine Wainer est passée maître dans l’utilisation des isotopes stables de l’oxygène et du carbone et des radioisotopes uranium-thorium pour l’analyse et la datation des spéléothèmes afin de reconstituer les climats du passé.

PRIX DE L’INSTITUT FRANÇAIS DU PÉTROLE (IFP)
Le Prix est décerné à Clément SANCHEZ, ancien directeur de recherche au CNRS, très récemment nommé Professeur au Collège de France où il dirige le Laboratoire de Chimie de la Matière Condensée. Clément Sanchez est un spécialiste international de la science des matériaux. Ses recherches ont concerné la physique et la chimie des matériaux hybrides organiques-inorganiques dans une approche globale allant de la synthèse aux applications industrielles. Ses principales contributions concernent les nouvelles méthodes aérosol à des fins appliquées, en particulier pour obtenir des solides poreux à taille et acidité contrôlables.

PRIX FRANCE TÉLECOM
Le Prix est décerné à Emmanuel ROSENCHER, professeur à l’École Polytechnique, directeur de recherches à l’Office National d’Études et de Recherches Aérospatiales (ONERA) où il dirige la branche physique. L’essentiel de l’activité scientifique d’Emmanuel Rosencher porte sur l’étude des propriétés électriques et optiques des hétérostructures semiconductrices et leurs applications.

PRIX RENÉ TURPIN DE CANCÉROLOGIE
Le Prix est décerné à Éric VIVIER, professeur des universités, praticien hospitalier, docteur en médecine vétérinaire, directeur du Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy. Éric Vivier a réalisé des travaux de grande qualité sur les relations entre immunité innée et cancer qui ont contribué à dévoiler des modes de reconnaissance de cellules tumorales jusque-là ignorés. Ses travaux ont particulièrement concerné les cellules naturelles tueuses, dites NK pour Natural Killer.

PRIX LOUIS BACHELIER DE LA FONDATION NATIXIS POUR LA RECHERCHE QUANTITATIVE ET DE LA SMAI
Le Prix est décerné à Rama CONT, chercheur au CNRS au laboratoire de Probabilité et Méthodes Aléatoires de Paris VI/Paris VII, et professeur à temps partiel à l’Université de Columbia. Le champ d’expertise de Rama Cont, mathématicien appliqué, est extrêmement vaste. Il va de l’étude du comportement des agents en interaction et de leur impact sur les décisions financières, en passant par les propriétés statistiques des cours, jusqu’aux problèmes de calibration de modèles.

PRIX DE CANCÉROLOGIE DE LA FONDATION SIMONE ET CINO DEL DUCA / FONDATION DE L’INSTITUT DE FRANCE
Le Prix est décerné à Oliver BISCHOF, chargé de recherche au CNRS, à l’Institut Pasteur. L’organisme a développé plusieurs mécanismes cellulaires lui permettant de se défendre contre les tumeurs. Tout à la fois des mécanismes immunitaires, faisant intervenir l’immunité innée ou adaptative, mais aussi des mécanismes permettant de détecter des signaux conduisant à une prolifération excessive et de déclencher soit un programme de destruction programmée des cellules en question par apoptose soit un programme de sénescence cellulaire accélérée.

PRIX ALCAN
Le Prix est décerné conjointement à Jean-Frédéric GERBEAU, directeur de recherches à l’INRIA et Tony LELIÈVRE, Ingénieur des Ponts et Chaussées au Centre d’Enseignement et de Recherche en Mathématiques et Calcul Scientifique (CERMICS) de l’École des Ponts. Jean-Frédéric Gerbeau et Tony Lelièvre sont deux hydrodynamiciens.

PRIX SOPHIE GERMAIN
Le prix est décerné à Guy HENNIART, professeur à l’université Paris-Sud à Orsay au département de mathématique. Guy Henniart a effectué ses travaux en théorie des nombres. Sa contribution à la compréhension de la correspondance de Langlands locale est de tout premier plan. Dans un superbe article datant de 1988, qui est un véritable tour de force, Guy Henniart prouve l’existence numérique d’une telle correspondance.

PRIX JAFFÉ
Le Prix est décerné à Jean-Marie BEAU, professeur à l’Université Paris-Sud, à l’Institut de chimie des substances naturelles à Gif-sur-Yvette. Jean-Marie Beau est un chimiste des hydrates de carbone qui a découvert et mis au point toute une série de méthodes de synthèse organique qui constituent autant de solutions particulièrement simples, facilement utilisables pour les molécules complexes que sont les glucides. Il a ainsi pu accéder de façon élégante à des outils chimiques permettant des avancées dans le domaine agronomique comme dans celui de la santé humaine.

PRIX SERVANT
Le Prix est décerné à Michel LEDOUX, mathématicien, professeur à l’université Paul Sabatier à Toulouse. Le remarquable ensemble de travaux que Michel Ledoux a développé à partir des années 90 mêle probabilités, analyse et géométrie riemannienne. Il a revisité une quantité étonnante de théorèmes classiques importants, proposant, à chaque fois, des démonstrations élémentaires et des éclairages nouveaux.

PRIX PHILIPPE A. GUYE
Le Prix est décerné à Hubert LE BOZEC, directeur de recherche au CNRS à l’université de Rennes 1. Hubert Le Bozec a contribué à l’étude des propriétés physiques des composés organométalliques de ruthénium. Il a notamment préparé de nouvelles familles de chromophores qui sont des briques pour la construction de molécules dipolaires et octupolaires. Ces molécules sont parmi les plus actives en optique non linéaire.

PRIX PAUL DOISTAU-ÉMILE BLUTET DE L’INFORMATION SCIENTIFIQUE
Le Prix est décerné à Philippe BOULANGER, conseiller scientifique de la revue "Pour la Science" aux éditions Belin. Docteur ès sciences, Philippe Boulanger a réalisé une oeuvre de vulgarisation de toutes les disciplines scientifiques.

PRIX THÉMATIQUES

Mathématique

PRIX PAUL DOISTAU-ÉMILE BLUTET
Le Prix est décerné à Yves ANDRÉ, directeur de recherche au CNRS, département de mathématiques et applications à l’École normale supérieure de Paris. Yves André est animé par le souci de comprendre les idées générales et la philosophie, cachées derrière la complexité des problèmes, très variés, auxquels il s’intéresse.

PRIX LECONTE
Le Prix est décerné à David LANNES directeur de recherches au CNRS, département de mathématiques et applications à l’École normale supérieure à Paris. David Lannes a obtenu des résultats remarquables sur le système décrivant la propagation des ondes à la surface d’un liquide.

PRIX MICHEL MONPETIT
Le Prix est décerné à Mila NIKOLOVA, directeur de recherche au CNRS, Centre de mathématiques et leurs applications (CMLA) à l’École normale supérieure de Cachan, pour l’originalité et la profondeur de ses recherches en traitement mathématique de l’image et dans la résolution de certains problèmes inverses. Elle a inauguré et mené à bien une analyse systématique du lien entre le choix d’une fonctionnelle régularisée et les propriétés saillantes de la solution du problème variationnel correspondant.

PRIX PAUL DOISTAU-ÉMILE BLUTET
Le Prix est décerné à Nicolas TRIANTAFYLLIDIS, directeur de recherche au CNRS, laboratoire de mécanique des solides et département de mécanique à l’École polytechnique à Palaiseau. Il est le spécialiste mondial des relations entre instabilités microscopiques et macroscopiques dans les matériaux hétérogènes.

PRIX EDMOND BRUN
Le Prix est décerné à Richard SAUREL, professeur à l’université de Provence (Aix-Marseille I), Institut universitaire des systèmes thermiques industriels à Marseille. Il a contribué de façon marquante au développement de schémas numériques permettant la prise en compte d’interfaces matérielles entre milieux fluides et au traitement numérique de problèmes hyperboliques multi-fluides.

PRIX ERNEST DÉCHELLE
Le Prix est décerné à Jacques DESRUES, directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire 3S-R (Sols-Solides-Structures-Risques) de Grenoble. Jacques Desrues est un spécialiste de la localisation de la déformation dans les géomatériaux, dont la compréhension est essentielle dans les domaines de l’environnement et de l’énergie.

PRIX BLAISE PASCAL DU GAMNI SMAI
Le Prix est décerné à Emmanuel GRENIER, professeur à l’École normale supérieure de Lyon, unité de Mathématiques pures et appliquées. Emmanuel Grenier a obtenu les premiers résultats sur la limite quasineutre du système de Vlasov-Poisson.

Chimie

PRIX CLAVEL-LESPIAU
Le Prix est décerné à Marc TAILLEFER, directeur de recherches au CNRS, Institut Charles Gerhardt de l’École nationale supérieure de chimie de Montpellier. Marc Taillefer a développé de nouvelles réactions catalysées par des sels de cuivre ou de fer utilisés en quantités très faibles permettant la formation de nouvelles liaisons carbone-azote, carbone-oxygène et carbone-carbone dans des conditions très douces. Ces réactions ont un grand potentiel industriel.

PRIX JEAN PROTAS
Le Prix est décerné à Olivier PEREZ, chercheur au CNRS, laboratoire de cristallographie et sciences des matériaux (CRISMAT) de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen. En dépit de son jeune âge, Olivier Pérez est déjà reconnu au niveau international comme un expert de la cristallographie des superespaces.

MEDAILLE BERTHELOT
Décernée à Jean-Marie BEAU, lauréat du Prix Jaffé Biologie humaine et sciences médicales.

PRIX MÉMAIN-PELLETIER
Le Prix est décerné à Jean-Pierre HUGOT, professeur de pédiatrie à l’université Paris Diderot et praticien hospitalier dans le service de gastroentérologie et nutrition pédiatriques à l’Hôpital Robert Debré à Paris. Jean-Pierre Hugot a localisé puis identifié le premier gène de susceptibilité à la maladie de Crohn, Nod2, ouvrant ainsi la voie vers une compréhension de la maladie. Nod2 est un gène important dans l’immunité innée et la réponse inflammatoire dont le rôle et les mécanismes ont été totalement repensés ces dernières années.

PRIX ROY-VAUCOULOUX
Le Prix est décerné à Ziad MALLAT, directeur de recherche, Institut national de la santé et de la recherche médicale Inserm U970 PARCC (Paris-Centre de recherche cardiovasculaire), hôpital Lariboisière à Paris. Les travaux du groupe de Ziad Mallat ont permis d’identifier des réponses immunitaires jouant un rôle protecteur majeur contre le développement et la progression des lésions athéromateuses et ouvrent la voie à des approches thérapeutiques nouvelles dans cette maladie.

PRIX GASTON ROUSSEAU
Le Prix est décerné à Bertrand FONTAINE, professeur des universités, praticien hospitalier à l’université Pierre et Marie Curie à Paris. Bertrand Fontaine a été à l’origine du concept des canalopathies en découvrant les premières mutations des gènes codant pour les canaux de sodium et de potassium impliquées dans les paralysies périodiques hypokaliémiques.

PRIX DANDRIMONT-BENICOURT
Le Prix est décerné à Patrick BALAGUER, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, Inserm U540 « Endocrinologie moléculaire et cellulaire des cancers » à Montpellier. Patrick Balaguer a effectué ses recherches sur des perturbateurs endocriniens de l’environnement capables d’interférer avec le fonctionnement de certaines hormones stéroïdes.

Prix généraux

MÉDAILLE LOUIS PASTEUR
La médaille est décernée à Marc LECUIT, professeur à l’université Paris Descartes, praticien hospitalier à l’hôpital Necker-Enfants malades, responsable du groupe de recherches “Microbes ans host barriers”-Avenir Inserm 604 à l’Institut Pasteur, directeur du Centre national de référence des listeria.

PRIX DE MME CLAUDE BERTHAULT
Le Prix est décerné à Jacqueline BERGERON, directeur émérite de recherche au CNRS. Jacqueline Bergeron est une astrophysicienne de très grande valeur, ayant joué un rôle considérable dans l’astrophysique française et internationale.

Science, société et éducation

Par Christian Amatore, membre de l’Académie des sciences

« Madame le Ministre, Monsieur le Chancelier, Mesdames et messieurs les Secrétaires perpétuels, Messieurs les Présidents, chers confrères, Mesdames et Messieurs, n’ayez crainte, même si ce mois de janvier marque le début de l’année internationale de la chimie, je ne désire pas me livrer à un panégyrique ni à une défense de ma discipline. Même si elle prête plus souvent que les autres sciences de notre Académie le flanc à des attaques injustes et d’autant plus graves qu’elles témoignent d’une méconnaissance irresponsable quant à ses apports à notre qualité de vie, la méfiance que nos sociétés entretiennent vis-à-vis de la chimie a des racines bien plus profondes

Au XIXe siècle, la société, emportée par une révolution industrielle s’était forgée une représentation positive de la science dont elle attendait une libération tant des contraintes matérielles que des maladies. La science et la technologie démontraient chaque jour leur capacité à restituer aux hommes des clés du Paradis perdu en prévenant la fatigue du travail et en éliminant les dangers exogènes. Dans l’esprit des populations, la science, souvent à l’insu des savants qui s’en seraient défendus car ils étaient pour la plupart des croyants convaincus, se substituait ainsi à la religion continûment des preuves pratiques de son exactitude bienveillante. Les arguties qui avaient paralysé le monde scientifique médiéval s’effaçaient ainsi derrière les vérités infalsifiables révélées par les savants. » […] Suivre la suite ici

En savoir plus :

- Ecoutez également Séance solennelle de rentrée de l’Académie des sciences 2010 (1/2)

- Retrouvez toutes les informations sur les grands prix remis chaque année par l’Académie des sciences.






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires