Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Alain Besançon : Cinq personnages en quête d’amour

Promenade dans quelques grands textes littéraires, autour de l’amour et de la religion, avec l’académicien des sciences morales et politiques

Amour et aventure sont les deux gonds sur lesquels roulent les passions humaines ! S’attachant à l’amour, Alain Besançon nous fait relire quelques chefs d’œuvre de l’Odyssée à l’Éducation sentimentale. Selon lui, le monothéisme, rendant l’individu responsable de ses actes, a modifié la façon d’aimer... On se laisse avec plaisir guider par l’académicien dans le labyrinthe des histoires d’amour et de littérature.


Bookmark and Share

D'emblée, Alain Besançon nous avertit : cet essai n'est pas une étude savante mais une promenade littéraire, un voyage avec étapes, dans quelques unes des grandes œuvres dans lesquelles amour et aventures se côtoient. Mais, laissant de côté les aventures, il s'attarde sur les relations d'amour, entre amants ou entre époux. Son regard, original et personnel, nous fait découvrir autrement des personnages que nous pensions connaître : Ulysse et Pénélope, David et Bethsabée, Tristan et Yseut, Julie la Nouvelle Héloïse, et le Frédéric de l’Éducation sentimentale.
L'auteur ne s'interdit aucune référence à d'autres œuvres et c'est ainsi qu'il nous renvoie à Ovide autant qu'à Saint-Augustin, à Rousseau, à Wagner ou à Dostoïevski.

Sa "thèse" (si l'on peut ainsi qualifier l'argument sur lequel il revient plusieurs fois au cours de cet essai) c'est que la religion monothéiste, le Dieu de la Bible, a introduit une nouvelle façon d'aimer... "Dans le monde grec et latin, la faute est rejetée sur les dieux. Or, dans le récit biblique, elle ne peut être rejetée sur Dieu. D'où une extraordinaire différence de résonance... Il n'y a aucune raison d'aimer les dieux de la Grèce. Ni d'espérer qu'ils vous aiment... le Dieu de David est redoutable...mais simultanément, il est miséricordieux. Il s'ensuit un considérable élargissement de l'âme... Y prennent place la conscience, l'interrogation sur la faute, la supplication, la joie d'être gracié..."

Alain Besançon l'avoue ici : il se délecte des cavernes ! Entendez des "descentes aux enfers" descentes antiques et initiatiques comme celle d'Héraklès, d'Enée ou de Dante, ou descente plus "positiviste" telle celle de Jules Verne au centre de la terre... et plus moderne, comme celle proposée par Freud, à l'intérieur de soi, qui n'offre en vérité qu'un leurre !(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires