Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Madame le Secrétaire perpétuel et « Le Mystère de l’Académie »

Hélène Carrère d’Encausse développe le sujet de sa conférence à l’Exposition universelle de Shanghai enn 2010

Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie française, avait choisi de donner une conférence sur « Le Mystère de l’Académie » lors de sa visite à Shanghaï au pavillon de France. A son retour, elle a bien voulu nous dévoiler ce "mystère" : la singularité de l’Académie française. L’Institut de France et les 5 Académies furent en effet très présents à l’Exposition universelle, d’une part, grâce à un court-métrage présentant le Palais de l’Institut et la vie académique et d’autre part, par la présence des membres des cinq académies dont les différentes conférences peuvent être écoutées sur Canal Académie.


Bookmark and Share

La conférence d'Hélène Carrère d'Encausse, Secrétaire perpétuel de l'Académie française, donnée à Shanghai fin octobre 2010 s'intitulait précisément : « Le Mystère de l'Académie » : pouvoir intellectuel, pouvoir politique.
- « De nombreuses académies existent de part le monde. Mais l'Académie française ne ressemble à aucune autre : par son ancienneté- près de quatre siècles-, par la permanence de ses règles -elles remontent aux origines-, par sa composition, le nombre inchangé de ses membres, enfin par son indépendance matérielle. Son histoire est celle de la continuité mais aussi d'une émancipation du pouvoir qui présida à sa fondation. Cette singularité, n'est-ce[as ce que Valéry nommait le mystère de l 'Académie ? »

De Richelieu à Louis XIV

- « En 1635, le cardinal de Richelieu, ayant découvert qu’une réunion de « beaux esprits » se tenait chez un jeune conseiller de Louis XIII, Valentin Conrart, demanda « si ces messieurs ne voudraient pas former un corps et s’assembler régulièrement sous une autorité publique ». Ainsi fut créée l’Académie. »



- « Richelieu avait compris d’emblée l’intérêt de placer sous son autorité une force comme celle des lettres. Il pria la Compagnie naissante d’établir en toute liberté ses statuts et de choisir elle-même ses membres, pour constituer un corps de quarante personnes à qui il donna pour mission de veiller à la pureté et au développement de la langue française. Le français n’était langue du royaume que depuis moins d’un siècle, peu répandu hors de la sphère du pouvoir, alors que depuis François Ier tous les souverains avaient assis l’unité du pays sur la langue française. La fondation de l’Académie, porteuse de la langue du royaume, était donc un projet politique. »

- «Richelieu mort en 1642, l’Académie choisit un protecteur plus neutre, le chancelier Séguier, qui l’installa dans son hôtel – l’Académie n’avait toujours pas de domicile – et exerça pendant trente ans un protectorat marqué par un développement remarquable de la Compagnie.»

- «Le protectorat de Louis XIV, souverain ami des Lettres et des Arts, favorisa considérablement l’Académie. Outre un prestige renforcé, elle allait enfin trouver la stabilité matérielle qu’elle n’avait jamais connue, donc l’assurance de durer. Sur les conseils de Colbert, le(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires