Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Les éoliennes : une fausse bonne idée pour la France ?

Confrontation des points de vue de Michel Combarnous, correspondant à l’Académie des sciences et Gilbert Ruelle, de l’Académie des technologies

L’éolien est bien implanté dans plusieurs pays de l’Union européenne (Pays-Bas, Allemagne, Espagne). Et en France ? Même si elle cherche également à développer son parc éolien, plusieurs obstacles freinent les projets de construction... Explications dans cette émission où Michel Combarnous et Gilbert Ruelle nous donnent des éléments de jugement et de comparaison avec d’autres pays.


Bookmark and Share

Le développement de l'éolien est une évidence pour de nombreux pays : L'Europe a produit en 2010 la moitié de l'énergie éolienne dans le monde. A la fin de cette même année, les deux premiers producteurs sont les Etats-Unis, (35 000 MW par an) et la Chine (26 000 MW par an). Et les avancées technologiques sont telles que les éoliennes installées doublent de puissance presque tous les trois ans.
Pour Michel Combarnous, l'énergie éolienne pourrait dans quelques décennies être l'égale de l’énergie nucléaire : « En considérant qu’une éolienne tourne 2500 heures dans l’année (soit 25% du temps) et qu'un réacteur tourne 7500 heures, quand on compare la puissance de l’énergie nucléaire à la puissance de l’énergie éolienne par rapport au temps de production, on observe que les réacteurs et les éoliennes arrivent en puissance au même ordre de grandeur. Mais cela ne veut pas dire qu'il faut substituer le nucléaire à l'éolien » nous explique-t-il.

En France, des projets de parcs éoliens sont actuellement à l'étude, notamment des parcs offshores dans la Manche. L’Union européenne ayant fixé la production d’énergie renouvelable à 21% de la production nationale d’électricité, c'est vers cette ressource (avec le photovoltaïque) que les projets se sont concrétisés. Mais contrairement à l'Allemagne et à l'Espagne, la France s'y met de mauvaise grâce. Les pêcheurs et ostréiculteurs s'y opposent, les collectivités territoriales redoutent une baisse du tourisme, les habitants parlent de pollution visuelle. Et puis installer des éoliennes, énergie intermittente par définition, suppose des centrales thermiques en relais, centrales émettrices de CO2.
« Les éoliennes offshores, c’est du futur. Actuellement, l’éolien en mer coûte entre 15 et 20 centimes d’euros le kilowattheure. C’est pour cela
qu’il n’y en a pas du tout pour l'instant »
assure Gilbert Ruelle.

Mais toujours selon Gilbert Ruelle,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires