Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Pagnol-Raimu, monstres sacrés : Jules et Marcel

Philippe Caubère, invité de Jacques Paugam, joue avec Galabru au théâtre Marigny

Comment un spectacle monté à partir de la correspondance entre Marcel Pagnol, de l’Académie française, et l’ioubliable Jules Raimu, pourrait-il ne pas être éblouissant, surtout lorsque Philippe Caubère donne la réplique à Michel Galabru ? Jules et Marcel est donné jusqu’au 31 décembre au théâtre Marigny à Paris. Philippe Caubère est reçu à Canal Académie par Jacques Paugam.


Bookmark and Share

Dans la série « Grands comédiens et actualités du patrimoine théâtral » notre invité est aujourd’hui Philippe Caubère qui est, avec Michel Galabru, à l’affiche du théâtre Marigny à Paris. Avec un spectacle à la fois réjouissant et grave, l’un des spectacles les plus simples, les plus profonds les plus réussis de la 1ère partie de la saison théâtrale 2010-2011, spectacle intitulé « Jules et Marcel » et réalisé à partir de la correspondance échangée par Marcel Pagnol et Jules Raimu.



Philippe Caubère : Leurs liens étaient complexes, des liens de véritable amitié : un mélange d’amour, de rejet, de compétition, de complicité, d’ironie, d’esprit, et de compréhension mutuelle. Au bout du compte, ils se sont bien compris. Ca n’a pas été sans aspérité. Leur amitié a été très fructueuse puisqu’ils ont produit des choses inoubliables. Cela a démarré sur des chapeaux de roue. En fait, il faut resituer le contexte, Raimu est déjà une grande vedette du music- hall, Pagnol est un tout jeune homme. C’est un peu comme si à notre époque il était allé voir Coluche. Le courant n’est pas passé tout de suite. Raimu lui dit : « Vous savez, Marcel Achard écrit pour moi. Tristan Bernard aussi. Je vais lire votre « galéjade marseillaise » mais je ne suis pas sûr qu’elle m’intéresse ! » Et par la suite, quand Pagnol lui a proposé de jouer Panisse, d’emblée il a répondu « non, c’est César ». Par ailleurs, il y a eu l’histoire de Pierre Fresnay pressenti pour jouer Marius. Et Raimu tempêtant en disant « Quoi ! tu vas faire jouer le patron d’un bar marseillais à un alsacien protestant ! » Pagnol se défaussa en expliquant que c’était le directeur du théâtre qui insistait beaucoup...

J.P. : Pagnol va pardonner beaucoup à Raimu parce qu’il sait tout ce qu’il lui doit.

P.C. : Pagnol avait vraiment la conscience qu’écrire du théâtre est spécial. Ce n’est pas comme écrire un roman. Sans acteur la création théâtrale n’a pas grande valeur. Et vice et versa. C’est une notion que l’on a un peu perdue aujourd’hui.

J.P. : On vous entend dire : « Que tu sois le roi des emmerdeurs ce n’est pas sûr ; ce qui est sûr, c’est que tu es le roi des comédiens ».

P.C. : C’est en fait une(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires