Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Envisager et dévisager la beauté, par François Cheng, de l’Académie française

Une conférence donnée au Collège des Bernardins à Paris
François Cheng, de l’Académie française, insatiable curieux de la beauté, l’explore partout où elle surgit, la découvre en ses diverses expressions, au travers de ses nombreuses activités, la poésie, la calligraphie, et surtout l’écriture. Mais si la beauté reste un mystère, il souligne aussi combien l’existence du mal est l’autre mystère de notre existence. Réfléchir et méditer sur la beauté et le mal avec François Cheng : un moment rare, une sorte de cadeau de Noël... Merci, monsieur !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : COL648
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/col648.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 26 décembre 2010

La première diffusion de cette émission a eu lieu fin décembre 2010. Rappelons que le texte ci-dessous est un résumé de la conférence donnée par F. Cheng.

Dans son apparition, la beauté semble un mystère. A la fois unique, observable par tous, chacun en a l’expérience. D’une émotion commune, elle reste cependant entièrement subjective. D’un vol d’oiseaux, d’un défilé de nuages, de fleurs anonymes, ou d’un rayon de soleil, la beauté se lit comme un luxe exclusif, en ce sens qu’elle n’est pas indispensable à la vie. L’univers peut fonctionner sans la beauté, ainsi qu’un monde de robots, où chaque être serait interchangeable.

François Cheng, exercice de calligraphie, la beauté dans l'écriture.
François Cheng, exercice de calligraphie, la beauté dans l’écriture.
© Carlos Freire

Mais, ce qui fait de la vie une aventure, réside dans la singularité, la complexité et les différences de chaque être. Chacun se sent habité par une capacité à la beauté et surtout au désir de voir, sentir, toucher la beauté. Quand celle-ci se manifeste, dans la « fulgurance de son élan », elle suscite perception, attirance et exaltation.

Le mot "sens" illustre cette idée du pouvoir d’attraction de la beauté. S’attachent aussi les notions de sensation, direction et signification. La beauté a le don de provoquer en nous les ressentis les plus forts et les plus immédiats, qu’ils soient charnels ou émotionnels. D’instinct, la beauté absorbe. En la suivant, l’individu prend une direction, et donne une signification à son existence.

« La beauté est fondamentale dans la mesure où elle participe aux fondements de notre existence et de notre destin. »

Pourquoi l’univers recèle-t-il de la beauté ? Dès l’origine, la matière contenait en elle-même, une promesse de beauté, apte à aboutir à ces ciels étoilés, ces visages émouvants. Pour autant, que devient la beauté, lorsqu’elle séduit à des fins machiavéliques, qu’elle trompe, entraînant mort et destruction ? Est-ce toujours l’œuvre de la beauté ou est-elle pervertie par la laideur ?

Un paysage éveillant à la beauté.
Un paysage éveillant à la beauté.
© Phébus 2004

François Cheng entend distinguer l’usage et l’essence de la beauté. Quelle est l’essence de la beauté ? Hormis la beauté formelle de la nature, la beauté physique symbolisée par le culte grec du corps, l’avènement de l’homme, à l’époque baroque, éveille l’idée de beauté de l’âme. Afin de surmonter les conditions tragiques de notre destin, de dépasser les contradictions entre soi et autrui, l’homme affine ses qualités morales et spirituelles. L’empathie, la générosité, la compassion, la miséricorde, l’amour témoignent de la beauté du cœur. Révélées en beaux gestes, ces qualités morales sauvent l’humanité. Les saints de la religion chrétienne, ou encore les artistes, qui dévisagent la beauté, sont les preuves de l’existence de cette beauté de l’âme, et des dons bienfaisants qu’elle procure.

« Tout visage humain quand il est habité par la bonté est beau » En ce sens, beauté et bonté s’accordent parfaitement ce qui fait déclamer à François Cheng que « la bonté est garante de la qualité de la beauté. La beauté, elle, irradie la bonté et la rend désirable »

Quelques phrases encore...

- Dans notre condition humaine, nous pourrions nous considérer comme une sorte de moisissure mais capable d’émotion, imagination, transmission.

-Par la beauté l’homme tend à la plénitude de notre existence au monde

-Bergson disait : « Le degré suprême de la beauté est la grâce mais par le mot grâce on entend aussi la bonté car la bonté suprême c’est cette générosité d’un principe de vie qui s’étonne indéfiniment

- L’art nous fait pressentir l’éternité de la vie

- L’Homme est le cœur battant et l’œil éveillé de l’Univers vivant et non un être déraciné éternellement solitaire qui dévisage l’univers de l’extérieur, si nous sommes capables de penser l’Univers c’est que l’Univers pense en nous, peut-être notre destin fait-il parti d’un destin plus grand que nous, alors l’Univers prend sens et nous avec lui.

Le conseil de François Cheng, lors de cette conférence au collège des Bernardins, le 19 novembre 2010 :« Il faut sauver les beautés qui sont faites et nous serons sauvés avec » !

En savoir plus :

- François Cheng de l’Académie française
- Collège des Bernardins

Retrouvez sur Canal Académie- Cinq méditations sur la beauté de François Cheng, de l’Académie Française : rencontre avec « un maître en humanité »






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires