Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Patrick et Olivier Poivre d’Arvor : quand des académiciens aventuriers allaient Jusqu’au bout de leurs rêves

Rencontre avec le journaliste et écrivain Patrick Poivre d’Arvor

Ils sont trente aventuriers français et étrangers sélectionnés par Olivier et Patrick Poivre d’Arvor pour figurer en portrait dans leur livre Jusqu’au bout de leurs rêves. Parmi ces passionnés de l’extrême, certains furent académiciens comme Monod, Charcot ou encore Kessel. Patrick Poivre d’Arvor nous reçoit pour parler de ses rencontres exceptionnels au cours de sa carrière de journaliste.


Bookmark and Share

Les rêves évoqués dans ce livre sont des rêves de folie du XIXe et du début du XXe siècles ; des hommes et des femmes, français et étrangers qui s'engouffrèrent dans des lieux inconnus de tous, au péril de leur vie. Épris de liberté, et ne reculant devant rien, ils étaient guidés par leur soif de découverte.
« J’ai sans doute écrit avec mon frère ce livre par procuration, car ces vies, j’aurais toutes aimé les avoir vécues » nous raconte Patrick Poivre d'Arvor qui nous a bien volontiers accorder cet entretien.

Théodore Monod, le monomaniaque

Théodore Monod (1902-2000) est l'un des derniers grands aventuriers à nous avoir quittés. À la fois anthropologue, linguiste, océanographe, géologue, botaniste et philosophe, il appartenait à l'Académie des sciences où il a assez peu siégé, toujours happé par l'appel du désert.
Patrick Poivre d'Arvor se souvient :
« Monod avait quelque chose de très « monomaniaque » si vous me permettez ce jeu de mot. Son obsession consistait à marcher dans le désert sans relâche ; à vouloir sauver les manuscrits à Chinguetti dans le désert mauritanien. Quand je le recevais dans mes émissions, il amenait toujours avec lui des cailloux, des bouts de météorites... Théodore Monod est un personnage qui m'a toujours beaucoup plu. »



Jean-Baptiste Charcot, l'amoureux des mers du nord

Jean-Baptiste Charcot un parcours atypique. Il suit les traces de son père médecin [[Jean-Baptiste Charcot est le fils du grand neurologue Jean-Martin Charcot, fondateur de l’école de la Salpêtrière.p[- avant de bifurquer pour sa passion, la mer. Il voyage à bord de son bateau le Pourquoi pas ? : « Appeler ainsi son bateau, c'est parlant. C'est une belle devise que chacun devrait faire sienne ». Mais en 1936, le bateau se retrouve s'écrase sur un rocher à deux kilomètres seulement de la côte de Reykjavik où il avait accosté peu(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires