Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les adjuvants dans les vaccins : à quoi ça sert

avec Pierre Bégué, membre de l’Académie nationale de médecine

Les adjuvants dans les vaccins suscitent régulièrement la peur. En 2009, un adjuvant utilisé dans le vaccin contre la grippe H1N1 fait polémique. En 2010, un autre suscite soudainement l’émoi du public : le sel d’aluminium, vertement critiqué dans un ouvrage plus largement consacré à l’aluminium dans notre consommation. A quoi servent les adjuvants dans les vaccins ? Réponses et mises en garde en compagnie de Pierre Bégué, infectiologue, ancien président du comité technique des vaccinations.


Bookmark and Share

Comme son nom l’indique, un adjuvant est un supplément qu’on ajoute pour démultiplier l’action d’un produit.
Côté vaccin, on note que la date du premier adjuvant remonte à 1926. « Cette date correspond à la découverte de l’anatoxine du vaccin du tétanos et un peu plus tôt, de la diphtérie découverte par Ramon. Jusqu’alors les vaccins sans adjuvants provoquaient une montée des anticorps mais qui redescendaient très rapidement. Il fallait répéter les injections et l’effet rappel n’était pas réellement obtenu » explique Pierre Bégué. L’école pasteurienne a donc testé toute une série de produits. Parmi ceux retenus au rang d’adjuvant efficace, l’aluminium sous forme de sels (hydroxyde ou phosphate).

Pourquoi coexiste-t-il des vaccins avec adjuvants et d’autre sans ?

Certains vaccins n’ont pas besoin d’adjuvants parce qu’ils correspondent à une époque où les vaccins n’étaient pas purifiés ou très peu. La réaction était et reste toujours très forte, l’immunité est acquise ; pas besoin d’ajouter un adjuvant. « C’est le cas du vaccin de la typhoïde, de la rougeole et de la rubéole par exemple ».
En revanche, les vaccins d’aujourd’hui sont de plus en plus précis et de ce fait beaucoup plus purifiés. Les réactions ne sont plus suffisantes pour provoquer une immunité. C’est la raison pour laquelle on ajoute au produit un adjuvant. « C’est le cas du vaccin contre l’hépatite B, issue d’une toute petite portion de virus, ainsi que du vaccin contre le papillomavirus et du vaccin de la coqueluche ».

L’aluminium comme adjuvant dans les vaccins : une fausse polémique selon Pierre Bégué

Suite à la parution en septembre 2010 d’un ouvrage au titre anxiogène Quand l’aluminium nous empoisonne, Pierre Bégué répond aux accusations concernant les sels d’aluminium dans les vaccins comme(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires