Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Claude Monet : son influence sur Zao Wou-ki

avec Yann Hendgen, historien d’art, assistant de l’académicien des beaux-arts

Quel a été l’impact de l’oeuvre de l’impressionniste Claude Monet sur le travail de Zao Wou-Ki ? Comment l’a-t-il connu et pourquoi éprouve-t-il pour lui tant d’admiration ? Interview de l’historien d’art Yann Hendgen, assistant de Zao Wou-Ki, à l’occasion des expositions relatives à l’oeuvre de Monet en 2010.


Bookmark and Share

Né à Pékin en 1921, dans une famille de grands lettrés chinois, Zao Wou-Ki passe son enfance à étudier la calligraphie, puis la peinture chinoise et occidentale à l'école des Beaux-Arts de Hang-Tcheou. Il arrive à Paris en 1948 et s'installe à Montparnasse, la France étant devenue son pays d'adoption.

En raison des nombreuses expositions consacrées à Monet en 2010 nous avons voulu rencontrer Yann Hendgen, historien d'art et assistant de Zao Wou-Ki, pour que ce dernier nous parle de l'influence de Monet sur le peintre d'origine chinoise.

Grand admirateur de Monet, Zao Wou-Ki réalisa en 1991 un triptyque intitulé Hommage à Claude Monet qui évoque d’une part le pont et les nymphéas de Giverny et d’autre part le pont que Zao Wou-Ki est parvenu à jeter entre la peinture chinoise et la peinture occidentale. Un paysage onirique à la gloire du génie des hommes.



Comment Zao Wou-Ki a-t-il connu Monet ? Quel a été son impact sur son oeuvre ? Quel rôle la France a t-elle joué sur lui ? sont les questions que nous posons à notre invité rencontré au domicile de l'académicien des beaux-arts.

Yann Hendgen nous rappelle que Zao Wou-Ki a été formé en Chine, à l'école de Hang-Tcheou. Dans le cadre de cette formation il suit un double cursus composé de tradition chinoise (calligraphie, peinture chinoise) et de l'enseignement de la peinture occidentale (perspective, peinture à l'huile). Il étudie le fauvisme et l'impressionnisme. C'est certainement à ce moment-là que l'académicien entend parler de Monet pour la première fois.

Il apparait évident que Zao Wou-Ki a cherché à aller au-delà de la simple étude de quelques tableaux du peintre impressionniste. Dès le départ il acquiert des livres, des revues, des périodiques qui traitent du Paris des années 40 mais il s'intéresse aussi à Renoir et Modigliani. Il voue très tôt un véritable intérêt pour l'impressionnisme. Lorsqu'il arrive à Paris, son premier geste est d'aller au musée du Louvre et au musée de l'Orangerie.

Yann Hendgen nous cite un passage du livre Autoportrait de Zao Wou-Ki :

-(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires