Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les voyageurs à Pékin

Quand l’Empire du Milieu inspirait Marco Polo, Matteo Ricci ou Pierre Loti, par Bertrand Galimard Flavigny

Le premier manuscrit d’un voyage en Chine date de 1245 et les manuscrits vers l’Empire céleste ne sont pas rares, de Marco Polo aux jésuites Matteo Ricci et Joseph Amiot et jusqu’à Pierre Loti. Bertrand Galimard Flavigny relate l’histoire de ces récits de voyage qui suscitèrent l’intérêt et la curiosité.


Bookmark and Share

Balzac, dans La Peau de Chagrin, évoque «les causeries du soir, en hiver, où l'on part de son foyer pour aller en Chine ». L'auteur de la «Comédie humaine» ne franchit jamais les mers pour rejoindre la Chine ; pour lui, elle était si mystérieuse et si lointaine qu'elle évoquait un ailleurs inaccessible et indescriptible. Les récits de voyageurs qui visitèrent le « Céleste Empire » ne sont finalement pas si rares.

Le premier à nous être parvenu est celui de Jean du Plan Carpin datant de 1245. Dans sa préface à l'anthologie des voyageurs occidentaux du Moyen Age à la chute de l'empire chinois, Le voyage en Chine, Ninette Boothroyd indique que « ce qui ressort le plus des récits de tous ces voyageurs, ce n'est pas seulement l'émerveillement que ceux-ci éprouvent, à divers degrés évidemment, devant la découverte d'un monde autre, mais aussi et surtout la considération qu'ils lui montrent, la valeur qu'ils lui reconnaissent, lors même qu'ils le récusent en tant que monde païen » (1).

Autre caractéristique, ces ouvrages, notamment ceux parus au XVIe siècle, ont apporté au public lettré « une connaissance dénuée de toute falsification et remarquablement objective, de «l'extraordinaire » de la Chine ».

Tout est parti, en fait, de Marco Polo. Le Vénitien fut à ce point émerveillé par tout ce qui s'offrait à ses yeux qu'il ne trouva rien à critiquer dans cette immense contrée. On sait que Marco Polo, âgé de dix-sept ans, accompagna ses oncles dans l'empire Mongol, où il demeura dix-huit ans. A l'époque, Pékin se nommait Cambaluc. Le Grand Can y demeurait trois mois dans l'année. Les oncles et leur neveu regagnèrent Venise en 1295. Deux ans plus tard, victime d'un conflit entre la Sérénissime et Gênes, Marco fut fait prisonnier. C'est là qu'il raconta ses souvenirs de voyage. Le manuscrit orignal rédigé en français a été perdu. On le désignait sous le nom d'il Milione, sobriquet donné à Polo qui n'énumérait que par millions les populations des pays visités par lui. L'édition la plus ancienne que l'on connaisse de l'abrégé de ses voyages a été imprimé à Venise en 1496 (in-8°). Il en existe une de Brescia datée de 1500 et une seconde de Venise datée de 1508 (in-12°). L'originale de la première traduction française, réalisée(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires