Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Eugène Delacroix : l’académicien engagé dans sa peinture

avec Maurice Arama, spécialiste de Delacroix et de la peinture orientaliste.

Maurice Arama, spécialiste reconnu de l’œuvre orientaliste de Delacroix, invité au Festival de Fès en 2010, nous raconte, sur place, de quelle manière le peintre de l’Académie des beaux-arts séjourna au Maroc et comment il fut engagé à travers sa peinture dans la cause maghrébine et humaine en général.


Bookmark and Share

Maurice Arama passionné par Delacroix ? C'est bien peu dire ! «Je vivais face à la porte de Meknès. Je la voyais chaque jour à chaque instant et voilà que je la découvrais dans les tableaux d'un peintre que je ne connaissais alors guère : Delacroix. Les signaux que je reçus de sa part tout au long de ma vie ont finalement participé à la guider...»

Rencontre originale et tout aussi troublante : «la peinture de Delacroix a suscité beaucoup de questions et j'ai démarré une quête éperdue sur les raisons et les pourquoi de son travail, une quête qui continue encore aujourd'hui. Je n'ai eu de cesse de m'interroger sur la vision du monde par ce peintre de grand talent. Elle n'est pas figée et recèle des mystères.»

Que vient faire Delacroix au Maroc ?

1830 : la France colonise l'Algérie, non sans difficultés politiques. Elle est accompagnée d'une colonisation de peuplement : les militaires français deviennent des colons en s'installant et aménageant le territoire. Aux frontières les esprits sont tendus. Dans les six premiers mois de 1832, Delacroix accompagne l’ambassadeur de France, le comte de Mornay, venu négocier avec le Sultan Abd el-Rahman les arrangements nécessaires consécutifs aux débuts de la conquête de l’Algérie. L’artiste, qui n’avait quitté la France qu’en 1825 pour un court séjour à Londres, découvre dans cette expédition plus que la luminosité du sud : « le sublime vivant et frappant qui court ici dans les rues et vous assassine de sa réalité ».

Un passage par Alger...

Avant d'arriver au Maroc, Delacroix arrive en Algérie. Il reste 3 jours à Alger au moment précis où la colonisation vient de commencer. Maurice Arama raconte qu'un document écrit de la main de Delacroix a été retrouvé et atteste de ce que le peintre ressent à la vue du changement qui est opéré dans la ville par les Français. Il voit des choses terribles : des boulevards ouverts au milieu de la ville sur lesquels des mosquées et des cimetières sont démolis ; des cadavres gisant partout ; des gravas à perte de vue... Le texte retrouvé s'intitule "J'ai Vu". Les trois mots sont écrits plusieurs fois avec des grands V comme pour mimer des bras qui se lèvent et le désespoir... Pour(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires