Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les Cent-Jours, 1815, épisode indissociable de l’épopée napoléonienne

Thierry Lentz achève sa Nouvelle Histoire du Premier Empire. Invité par Laetitia de Witt

L’épisode des Cents-Jours demeure à part dans l’épopée napoléonienne. À part, car il survient après un intermède de presque un an. À part, par les circonstances du retour de l’empereur, par la rapidité de sa chute... Et enfin, à part, car réécrit par Napoléon à Sainte-Hélène. Pour la première fois, le vaincu dicte l’histoire ! Cet épisode des Cent-jours mérite que l’historien y porte son regard, quitte à mettre à mal certains mythes fondateurs de la légende napoléonienne. C’est ce que propose Thierry Lentz dans le quatrième et dernier tome de sa Nouvelle Histoire du Premier Empire.


Bookmark and Share

Dans son introduction, Thierry Lentz précise qu'à l'origine il pensait arrêter sa Nouvelle Histoire du Premier Empire à la première abdication, la restauration impériale de 1815 n'étant déjà plus tout à fait l'Empire. Or, cet épisode est indissociable de l’Empire et de sa légende. Que serait l’épopée napoléonienne sans l’épisode original des Cent-Jours ? L’audace de Napoléon en 1815 est incroyable, est-ce pour autant une aventure couronnée de succès ? C’est du moins la vision qu’en donnera Napoléon à Sainte-Hélène et qui sera transmise à la postérité.


Thierry Lentz insiste aussi sur le fait que pendant son interrègne, Napoléon n’est pas vraiment parti. Il demeure au cœur des préoccupations européennes, influe ainsi sur le Congrès de Vienne qui cherche avant tout à défaire l’Europe de Napoléon. L’empereur déchu s’avère également gênant pour la France de Louis XVIII, même si, comme le montre Thierry Lentz, le nouveau régime mis en place est dans l’ensemble bien accepté.
L’auteur en profite d’ailleurs pour démonter quelques idées reçues, à commencer par celle d’un Louis XVIII rentré dans les « fourgons de l’étranger ». En réalité, le retour des Bourbon s’imposa de lui-même et se déroula sans heurts. Les Français, dans l’ensemble, étaient las de la guerre et ne regrettèrent donc pas le régime impérial. En outre, la charte constitutionnelle du 4 juin 1814, texte moderne et habile, rassura et témoignait de la sincère volonté de Louis XVIII de réconcilier et pacifier la France.

Après des débuts prometteurs, le régime de Louis XVII multiplia cependant les erreurs, notamment en prétendant restaurer une étiquette d'Ancien Régime complètement surannée, en humiliant l'armée restée fidèle à son chef en exil et en prônant le retour au premier rang de la religion. De son côté, la propagande impériale reprenait l’image d’un Napoléon dépouillé et favorisait l’entreprise du retour. C’est ainsi que Napoléon débarquait le 1er mars 1815 à Golfe Juan.


Là encore, de nombreux mythes se rapportent au « merveilleux » retour de l’île d’Elbe, que Thierry Lentz n’hésite pas à égratigner. L’enthousiasme populaire face au « vol de l’Aigle », la tentation libérale d’un empereur renonçant de lui-même à la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires