Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Epouse de Louis-Philippe, Marie-Amélie de Bourbon-Sicile fut reine des Français

Florence Vidal, spécialiste des relations franco-italiennes, est l’invitée de Laetitia de Witt

Marie-Amélie accède au trône de France aux côtés de son époux, Louis-Philippe, en 1830 pour dix-huit ans. Que sait-on de notre dernière reine ? L’image la plus répandue est celle d’une femme pieuse et bourgeoise, irréprochable en tout. A partir de sources diverses et de nombreux témoignages, Florence Vidal nuance cette vision. Elle présente une reine enfermée dans un « autisme princier », attachée avant tout aux intérêts des siens.


Bookmark and Share

Marie-Amélie, princesse de Naples et de Sicile, naît en 1782. Elle est la sixième fille du roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles (1751-1825) et de la reine Marie-Caroline de Habsbourg (1752-1814), sœur ainée de Marie-Antoinette. Lors de sa naissance au Palais de Caserte, à Naples, sa mère se serait écriée : «  Mon Dieu, encore une fille, encore une fille à marier! ». Il est vrai que Marie-Amélie, promise au dauphin de France disparu en 1789, éprouvera quelques difficultés à trouver un mari!

« J'ai été élevée à l'école du malheur »

- L'enfance et l'adolescence de Marie-Amélie furent largement marquées par les événements politiques français. Elle n'a que sept ans lorsque la Révolution française éclate et onze lorsque sa tante est guillotinée. L'atmosphère des palais où elle vie s'en ressent. On lui présente la Révolution, voulue par le peuple, comme une menace inquiétante pour les princes. De là provient sans doute la méfiance que Marie-Amélie conservera toute sa vie à l'égard du peuple.
- Sur le plan intellectuel, la jeune princesse se montre précoce : elle lit dès deux ans et demi. Pour répondre à son besoin d'apprendre, elle est confiée dès son jeune âge à une gouvernante, madame d'Ambrosio, chargée de lui inculquer les bienfaits d'une éducation très chrétienne. Obéissance et sacrifice sont les maîtres mots de cette éducation. L'art de penser par soi-même ou l'enseignement du questionnement en sont bannis.
- Après la Révolution française, c'est au tour de Bonaparte de troubler la vie de la famille de Marie-Amélie. Cette fois-ci la menace est directe, l'armée française envahit l'Italie en 1796-1797. Commencent alors pour la jeune princesse des années difficiles et douloureuses, la fuite en Sicile en décembre 1798 en est un épisode marquant. Après une traversée effroyable – Marie-Amélie perd un frère – l'installation au palais de Palerme s'avère pénible : inhabité depuis longtemps, il ne dispose d'aucun confort. Face à l'adversité, les nerfs de la reine lâchent. Marie-Amélie devra désormais s'accommoder d'une mère alternant dépressions et accès de colère. L'énergie que conserve la reine Marie-Caroline est consacrée à un de ses soucis permanents : le mariage de ses filles. Pour Marie-Amélie, elle avait envisagé, en 1794, une union avec le grand-duc Constantin, restée sans suite, ou encore avec le duc de Berry, projet également avorté.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires