Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Bienvenue à la Villa Marguerite Yourcenar

Gisèle Bienne, Minna Sif et Eugenia Almeida racontent leur résidence au Mont-Noir

Entrez dans l’univers de Marguerite Yourcenar grâce aux écrivains Gisèle Bienne, Minna Sif et Eugenia Almeida reçus en résidence en mai 2010. Elles évoquent l’académicienne et leur tendre émotion à vivre quelques instants dans cette incroyable demeure entourée de jacinthes, d’arbres millénaires et autres animaux sacrés ! Achmy Halley, le directeur, présente le lieu et les quelques grands noms que la maison vit passer.


Bookmark and Share

Marguerite Yourcenar a passé les neuf premières années de sa vie en Flandre : l'hiver à Lille, dans l'hôtel particulier de Noémi, la grand-mère peu aimée qui habitait rue Marais (actuelle rue Jean-Moulin), l'été au mont Noir, ou sur la côte belge. Située à Saint-Jans-Cappel, la Villa Marguerite Yourcenar, au départ nommée Villa Mont Noir en référence à sa situation géographique, accueille chaque année depuis 1997 une quinzaine d'écrivains européens. Ce mois de mai 2010 elle abrite 3 femmes de grand talent, 3 femmes d'origine et de génération différentes dont vous écouterez les témoignages tour à tour :

- Gisèle Bienne : «Marguerite Yourcenar ou la liberté d'esprit»

Gisèle Bienne, auteur de poèmes et de romans (dont le fameux Marie-Salope publié aux éditions Climats en 1976), est sans conteste la plus expérimentée. Elle a obtenu deux prix littéraires ; écrit pour les adultes et pour les jeunes qu'elle rencontre dans les collèges et les lycées. Notons le thème de la grande guerre qui lui est cher mais aussi de la société en général. Pour elle, il ne fait aucun doute : «Quand j'ai découvert le lieu, cela a été un émerveillement !». Elle tente sa chance et se découvre choisie ; alors elle parsème son bonheur de quelques notes philosophiques : «Ce n'est pas un hasard si nous sommes là. On aurait pu ne pas faire ce qu'on tente de faire... On le réussit plus ou moins ; c'est toujours un travail. Être en résidence ici est comme un cadeau que le temps me donne.»

Le temps ? «Pour moi le temps ce n'est rien. 50 ans, 100 ans ce n'est rien. Marguerite Yourcenar savait voir le temps avec cette dimension.»

Ce que lui évoque Marguerite Yourcenar ?(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires