Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


L’Action française : quelle fut l’influence politique et culturelle de ce mouvement monarchiste ?

Avec les historiens Georges-Henri Soutou, de l’Académie des sciences morales et politiques, Michel Leymarie et Olivier Dard

Depuis quelques années, l’université redécouvre l’influence de l’Action française, mouvement d’essence monarchiste et nationaliste, pôle incontournable de la vie politique française de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe qui rayonna bien au-delà de nos frontières. Trois historiens, l’académicien Georges-Henri Soutou, Olivier Dard et Michel Leymarie, décrivent ici cette influence, soulignant sa complexité. Une occasion d’évoquer trois de ses principales figures, Charles Maurras, Léon Daudet, Jacques Bainville, et de se pencher sur l’approche des travaux universitaires aujourd’hui renouvelés.


Bookmark and Share

Depuis quelques années maintenant, nous assistons à un retour sur la scène universitaire, retour assez inattendu, celui de l’Action française. Il faut d’abord associer le nom de l’Action française à celui d’un journal. Mais ce nom désigne globalement aussi ce mouvement royaliste et nationaliste créé à la fin du XIXe siècle, dans le contexte de l’Affaire Dreyfus ; un mouvement qui devint une des écoles de pensée les plus importantes de la première moitié du XXe siècle et dont l’influence s’exerça d’ailleurs bien au-delà de nos frontières et même de nos frontières européennes.

En 1998, François Hugenin, dans son ouvrage À l’école de l’Action française, paru chez Lattès, avait décrit toute la complexité intellectuelle de ce groupe que l’on ne pourrait réduire à la simple étiquette de mouvement d’extrême-droite. Animé par sa figure principale Charles Maurras, il influença de près ou de loin des écrivains mais aussi des hommes politiques : de Bernanos à Maritain en passant par Marcel Proust, du général de Gaulle à François Mitterrand en passant par Georges Pompidou…

L'Action Française fut dominée par trois figures bien différentes : Charles Maurras donc, Léon Daudet - le fils d’Alphonse - et Jacques Bainville. Chacune de ces trois personnalités eut une postérité littéraire différente. On publia ainsi beaucoup sur Charles Maurras, pourtant très peu de ses ouvrages furent réédités. Tout le contraire d’un Jacques Bainville qui, lui, fut largement réédité tandis que peu d’historiens se penchèrent sur son œuvre…

Or, depuis quelques années, l’université française fait preuve d’un intérêt renouvelé pour l’action, l’influence et la pensée du mouvement nationaliste et royaliste, indispensable à la compréhension de la Troisième République mais aussi de l’époque contemporaine.

Avec Georges-Henri Soutou, membre de l'Institut, et les universitaires Michel Leymarie et Olivier Dard, l'émission « Un jour dans l'histoire » se penche sur cette approche universitaire renouvelée par toute une série de colloques (Paris-IV, Sciences Po, Lille III, Metz-Nancy) et de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires