Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’exode en mai-juin 40, par Henri Amouroux, de l’Académie des sciences morales et politiques

Lecture d’extraits de son ouvrage La grande histoire des Français sous l’Occupation

Comment ne pas évoquer l’exode et les événements de mai-juin 1940, non seulement en 2010, 70 ans après, mais chaque année à la même époque ? Voici des extraits de l’oeuvre monumentale de Henri Amouroux La grande histoire des Français sous l’Occupation, dont le premier volume s’intitule « Le peuple du désastre » et « Quarante millions de pétainistes ».


Bookmark and Share

Henri Amouroux (1920-2007), qui fut membre de l’Académie des sciences morales et politiques, a laissé une œuvre monumentale sur les Années Noires, La Grande Histoire des Français sous l’Occupation. Elle comporte plusieurs volumes publiés dans la collection Bouquins aux Éditions Robert Laffont.

Dans le premier volume sont évoqués les événements de mai-juin 1940 dont Canal Académie vous propose des extraits en lecture. Ce ne sont bien sûr que des extraits ; pour comprendre l’enchaînement des faits et les sentiments, les sensations, le ressenti de la population française tels qu'Amouroux a su les décrire, il faut lire tout l’ouvrage.

Après avoir examiné la vie quotidienne des Français en 1939, des Français qui ne s’aiment pas – c’est le temps des disputes et des haines -, qui ne font plus d’enfants, qui sont largement au chômage, après avoir évoqué la « Drôle de guerre » et examiné aussi l’état de l’armée française, mal équipée, l’auteur aborde la débâcle.

On est le 10 mai 40 à l’aube. Ils arrivent. Qui ? les avions, les stukas qui vont faire que le ciel va tomber sur la tête des Français.

- 1ère lecture : « Ils arrivent. Ils arrivent les avions annoncés par Fernand Robbe. Ils arrivent avec leurs bombes, leurs mitrailleuses. Et leurs sirènes. Piquant sur ces soldats français, braves, râleurs, inscouciants... Alors "nous nous terrons, misérablement recroquevillés". Ils se terrent, c'est vrai... C'est vrai surtout dans les premiers jours, lorsque tout est neuf dans cette guerre où l'on ne sait ni comment se protéger, ni comment lutter contre ce danger qui dégringole du ciel, ce danger personnalisé, cet adversaire énorme... Les bombes bouleversent les abris, renversent les batteries, tuent ou affolent les chevaux, détruisent les liaisons téléphoniques, retardent l'arrivée des renforts et surtout ruinent les âmes... "

Maintenant, nous sommes le 16 mai. Moins d’une semaine après l’assaut allemand. Très vite, Paris est sensibilisé à l’exode. De ce jeudi 16 mai, le Ministre de l’Information, Frossard, dira que ce fut « la journée verdâtre ». Journée de la peur inscrite, visible, lisible sur les visages d’hommes qui, jusque là, avaient cru à la victoire. «(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires