Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Quand la zone euro joue aux dominos ou le cas grec est-il contagieux ?

La chronique économique de Philippe Jurgensen

L’état financier de la Grèce est aujourd’hui préoccupant. Philippe Jurgensen dresse ici un parallèle entre la zone euro et le jeu des dominos. La situation difficile de la Grèce gagnera-t-elle d’autres pays, comme un domino fait tomber le suivant ? L’économiste nous rassure : cette théorie est fausse, et il en explique les raisons.


Bookmark and Share

Selon un mot resté célèbre d’Albert Einstein, « Dieu ne joue pas aux dés ». La zone €uro, elle, semble dangereusement près de jouer aux dominos - le risque étant que l’effondrement financier d’un de ses membres, la Grèce, ne gagne de proche en proche le Portugal, l’Espagne, l’Irlande (et pourquoi pas, croient pouvoir dire certains, la France !) - la chute de chacun de ces dominos entraînant celle du suivant.

Il s’agit heureusement d’hypothèses fausses qui, dans le cas de grands pays comme l’Espagne, ou a fortiori la France, confinent à l’absurde.
En effet, comme l’a aussi démontré Einstein, dans notre monde, tout est relatif. L’importance d’une dette ou la difficulté d’une situation économique ne se mesurent pas dans l’absolu mais en les comparant avec celles d’autres pays emprunteurs. Et on voit mal, si le refinancement de la dette française était considéré comme hasardeux, quel pays, à part peut-être l’Allemagne, pourrait être relativement mieux placé : pas les États-Unis en tout cas, dont le déficit en pourcentage du PIB est supérieur de moitié au nôtre ; pas l’Angleterre, dont le ratio de déficit, presque égal à celui de la Grèce (11,8 contre 12,6%) est bien supérieur au nôtre (7,5%, chiffre révisé pour 2009) ; pas non plus la Russie et les autres pays émergents, dont la situation reste fragile malgré l’ampleur de leurs réserves.

Il n’empêche, la théorie des dominos fait des ravages dans la presse et dans certains esprits, d’autant qu’elle est alimentée par une spéculation déchaînée, notamment dans les pays anglo-saxons, dont les attaques visent souvent autant le principe même de la zone €uro que la situation de tel ou tel de ses membres.

Qu’en est-il en réalité ?

Constatons d’abord que nous sommes en face de dérapages macro-économiques très réels, mais qui n’entraînent pas les dangers de faillite annoncés par les Cassandre.

Les dérapages économiques sont certes bien là : avec un déficit des finances publiques dépassant 12 % du PIB, la Grèce est à un niveau quatre fois supérieur au plafond autorisé par le Traité de Maastricht. Mais elle n’est pas seule dans cette situation, due en partie – mais en(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires