Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La photographie du XIXe émerveille le XXIe !

Le Domaine de Chantilly présente une partie méconnue de ses riches collections

Qui sait que le duc d’Aumale, en son Domaine de Chantilly, a rassemblé des photographies qui forment une collection exceptionnelle de chefs d’oeuvre ? Nicole Garnier, conservatrice, les a retrouvées et nous explique comment les plus fameux pionniers de la photo, de Baldus à Le Gray, se retrouvent au musée Condé pour notre plus grand ravissement ...


Bookmark and Share

Toute sa vie, Henri d'Orléans, duc d'Aumale, parcourut les contrées de l'art. De l'immense Domaine de Chantilly qu'il légua jadis à l'Institut de France, jaillissent aujourd'hui de véritables joyaux photographiques. On y croise des vues du Paris de Napoléon III mais aussi de Rome, d'Athènes ou d'Algérie, des reproductions d'oeuvres d'art, des portraits et même des reportages de guerre ! 1400 épreuves d'une exceptionnelle collection donnée en même temps que le Domaine de Chantilly, en 1886, par le duc d'Aumale, à l'Institut de France.

Ce grand esthète au sens artistique aiguisé, fut très certainement pionnier en art photographique. Dès les années 1850, il prend conscience de l'impact social et culturel de la photographie. Sa démarche de collectionneur, originale, est inspirée de sa vie personnelle et par ses engagements.

Nicole Garnier, conservateur général du patrimoine chargée du musée Condé-Château de Chantilly, nous décrit à travers cette émission une personnalité flamboyante et un homme aux goûts hétéroclites. Elle dévoile l'infatiguable voyageur (qui le fut par goût ou par obligation). Ayant vécu en exil pendant plus de 23 ans après la chute de la Monarchie de Juillet (1848), il s'est plu à se procurer des photos montrant le Paris de Napoléon III et ses bouleversements, saisis par l'objectif de Baldus ou des frères Bisson. Soldat vainqueur de la Smalah d'Abd-el-Kader en 1848 et gouverneur militaire d'Algérie, il acquiert les premiers reportages de guerre, comme des travaux de Roger Fenton (vues du siège de Sébastopol et des portraits des officiers présents en 1855), des images de la guerre de Sécession ainsi que des photographies dans la veine orientaliste, lui rappelant ses années sur le continent africain.



Comme le duc d'Aumale était un grand amateur d'art, il collectionnait tout particulièrement les photographies d'art (en témoignent les images des porcelaines de Sèvres de l'Exposition Universelle de 1855 signées Louis-Rémy Robert...) mais aussi des portraits de famille signés Gustave Le Gray, Luigi Caldesi, Ludwig Angerer.. qui possédaient, à ses yeux, un attrait purement esthétique pour cet art en devenir.

La découverte de ces inestimables et surtout miraculeux clichés sont(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires