Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Fauves et Expressionnistes au musée Marmottan Monet

Une exposition rare présentée par Jacques Taddei, de l’Académie des beaux-arts et Gerhard Finck, commissaire de l’exposition

Le musée Marmottan Monet à Paris, haut lieu de l’impressionnisme, expose une cinquantaine de chefs d’œuvre du musée Von der Heydt de Wuppertal en Allemagne, dans le cadre de l’exposition : Fauves et Expressionnistes de Van Dongen à Otto Dix. Quelles différences et quels parallèles entre ces précurseurs, grandes figures indépendantes de l’art ? Gerhard Finck, commissaire de l’exposition et Jacques Taddei, de l’Académie des beaux-arts s’expriment, au cours de cet entretien, sur cette confrontation aux sources d’un art moderne.


Bookmark and Share




À la demande du musée Marmottan Monet, le musée Von der Heydt a sélectionné ses plus beaux chefs-d'œuvre pour cette exposition qui offre un panorama de l'art moderne. Cet échange croisé entre les deux musées permet aux visiteurs de découvrir les éléments forts des collections expressionnistes d'Allemagne et d'Autriche allant de la période d'avant la Première Guerre mondiale, à celle de la Nouvelle Objectivité. Réciproquement, les visiteurs à Wuppertal peuvent venir admirer des œuvres phares impressionnistes des collections du musée Marmottan, d'autant que Monet avait attiré l'attention en Allemagne dès le début du XXe siècle.

Les Expressionnistes allemands sont exposés aux côtés de certaines œuvres des Fauves français, Vlaminck, Dufy, Braque et Van Dongen mais aussi au sein de quelques toiles représentatives de l'expressionnisme autrichien de Kokoschka et Oppenheimer. Plusieurs courants artistiques sont ici confrontés : fauvisme, expressionnisme de la première et deuxième génération et la démarche singulière d'un Kandinsky qu'on peut situer entre les deux.






En 1900, l'empereur Guillaume voit dans l'art dit "moderne" "un art de caniveau". En 1905, quatre étudiants en architecture désireux de se libérer des conventions et de l'académisme d'un Adoph von Menzel, fondent un groupe d'artistes appelés Le Pont, Die Brücke. Quatre audacieux qui s'appellent Fritz Bleyl, Erich Heckel, Ernst Ludwig Kirchner et Karl Schmidt-Rottluf, se retrouvent à Dresde, où ils élaborent un programme de rupture avec le passé, préconisant de renouer avec un espace de valeurs authentiquement humaines : un monde vu et vécu loin des académismes. Admirateurs fervents de Gauguin et de Van Gogh, de Munch, et des arts premiers, ils s'emparent de l'énergie du trait et des expressions de ces grandes figures de l'art, pour transmettre la violence des sentiments. D'autres les rejoignent, Emil Nolde, Max Pechstein. Ils tiennent leur première exposition en 1905, d'autres succèdent en 1906, en 1908, mais leur appartenance demeure factice et liée aux circonstances des expositions. Des dissensions fortes entre les membres font éclater le groupe entre Berlin et Dresde.





En 1911, lors de la première exposition du groupe baptisé(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires