Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Maladie d’Alzheimer : Où en sont nos connaissances ?

Avec Joël Ankri, professeur de santé publique et de gériatrie

On estime aujourd’hui que plus de 850 000 personnes en France sont atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Cela représente 6 % des personnes de plus de 65 ans. Faites le point sur nos connaissances actuelles de la maladie et son impact social en compagnie de Joël Ankri, chef de service du centre de gérontologie de l’hôpital Sainte Périne à Paris.


Bookmark and Share

« La maladie d’Alzheimer, c’est comme si vous vous souveniez de la mélodie d’une chanson mais pas des paroles » explique Joël Ankri.
Il est vrai qu’au moindre oubli, nous nous posons désormais tous la même question : ne deviendrai-je pas Alzheimer ? « Non ! » rassure Joël Ankri. « Si vous avez conscience de votre oubli, alors vous ne l’êtes certainement pas ».
Le cerveau est un muscle, il doit s’entretenir. Et comme tout organe, il vieillit. Vous devez donc être indulgent avec lui !
La maladie d’Alzheimer est associée à une perte de mémoire, mais pas seulement. Elle est d’ailleurs également appelée la maladie des 4 A :
- Amnésie :affaiblissement de la mémoire
- Aphasie : troubles du langage
- Apraxie : difficultés à effectuer certains gestes
- Agnosie : perte de la reconnaissance des objets

Le diagnostic

La maladie d’Alzheimer, dégénérescence neuro-fébrillaire, est une maladie qui progresse lentement. Elle touche d’abord l’hippocampe puis le cortex.
Le diagnostic se fait à travers des tests d’évaluation. Parmi les signes évocateurs de la maladie, on compte la perte de la mémoire immédiate, la recherche de plus en plus fréquente du mot juste dans une conversation, l’impossibilité de signer un chèque ou encore côté affect, la perte d’initiative et/ou la dépression.
Ce dernier symptôme brouille parfois les pistes. Les personnes dépressives ont le plus souvent une altération de la mémoire. Elles ne doivent pas faire l’objet d’un mauvais diagnostic !

Un diagnostic précoce est actuellement à l’essai depuis janvier 2008.
En plus de faire appel aux tests d’évaluation conventionnels, ce diagnostic s’appuierait aussi sur l’utilisation d’un scanner à positons qui pourrait déceler toute trace d’atrophie du cerveau.





L’impact social de la maladie : l’étude de l’INPES

Une étude menée par l’INPES, Institut national de Prévention et d’Education pour la Santé, réalisée dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 apporte plusieurs éléments au débat :

- 91% des personnes interrogées souhaiteraient(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires