Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La face rebelle de Vauban, mauvaise conscience du Roi Soleil

Avec Alain Monod invité par François-Pierre Nizery

Très proche de Louis XIV de par sa fonction mais également très éloigné par ses idées absolutistes, Vauban avait un côté rebelle qui lui valut la disgrâce du roi. C’est ce côté rebelle qu’Alain Monod, avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation, retrace dans son livre Vauban ou la mauvaise conscience du roi. Retour sur ce parcours atypique de l’un des plus proches conseillers du Roi Soleil.


Bookmark and Share



Vauban est un personnage que l’Histoire a ancré dans toutes les mémoires sans toutefois mettre suffisamment en lumière toutes les facettes d’un homme qui était à l’évidence très en avance sur son temps. Il était à la fois l’un des conseillers les plus proches de Louis XIV et l’un des plus éloignés de sa conception absolutiste du pouvoir royal. Maréchal de France, Commissaire général des fortifications, Vauban est surtout connu comme le bâtisseur de génie et le militaire de haut rang capable aussi bien de défendre les frontières de la France en y installant des forteresses imprenables que d’attaquer les forteresses ennemies grâce à sa connaissance de leurs faiblesses.

Ce qu’on sait moins de lui, mais ce qu’aujourd’hui on redécouvre comme d’une brûlante actualité, c’est son côté rebelle, un rebelle resté toujours fidèle à son roi, mais qui ne lui a jamais caché son opposition farouche à certaines dérives de la monarchie, en faisant un véritable combat fondé sur des convictions inébranlables, aussi bien contre la révocation de l’Édit de Nantes que contre le système fiscal injuste qui régentait la France de l’époque. Ce combat lui valut, à la fin de sa vie en 1707, la disgrâce royale et le silence gêné des puissants du royaume au moment d’être mis en terre. Seule l’Académie des Sciences, dont il était membre honoraire depuis 1699, brisa ce silence et lui rendit hommage par la voix de son Secrétaire perpétuel, Bernard de Fontenelle, ce qui prouve bien s’il en était besoin la très ancienne tradition d’indépendance d’une institution née au temps du Roi Soleil.

Alain Monod est l’auteur d’un très bel ouvrage consacré à Vauban, Vauban ou la mauvaise conscience du roi, publié aux éditions Riveneuve, préfacé par Pierre Joxe, et qui a reçu en 2009 le prix Guizot décerné par l’Académie française à un ouvrage d’histoire.

En introduction à cet entretien, Alain Monod parle de ses racines, de son Lauragais, de ses sources protestantes, de tout ce qui a nourri cette « nécessité intérieure » qui l’a irrésistiblement poussé à l’écriture de ce livre. L’historien Alain Monod évoque ensuite le personnage Vauban, l’homme constamment partagé entre son esprit rebelle et son indéfectible(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires