Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Quelles énergies en 2200 ?

Avec Michel Combarnous, correspondant de l’Académie des sciences

Dans l’ère future des économies d’énergie et de l’écologie industrielle, l’épuisement des ressources fossiles nous oblige à nous tourner vers des énergies renouvelables, et en premier lieu le soleil. Pour cela, il faudra diversifier nos ressources énergétiques. Mais que contiendra ce bouquet et dans quelles proportions ? Éclairage en compagnie de Michel Combarnous, correspondant de l’Académie des sciences.


Bookmark and Share

Serons-nous dans l’obligation de consommer moins d’énergies dans les décennies à venir, nous qui serons 8,5 milliards d’habitants en 2030-2050 et certainement 9 milliards en 2100 ?

La réponse de Michel Combarnous est proche de celle du politologue Paul Ariès pour qui « Moins de biens, plus de liens » est l’une des clés de l’avenir. Citons parallèlement Jacques Blamont, confrère de l’Académie des sciences de Michel Combarnous qui prône la frugalité dans notre consommation pour éviter la catastrophe ; des réflexions qui ne s’appliquent que dans les pays riches.

Le pétrole : un leadership pendant encore de nombreuses années

On estime qu’une tonne équivalent pétrole (1 tep) consommée dans une année correspond à environ 1400 watts. Sachant que la consommation actuelle d’un habitant en moyenne correspond à environ 2100 à 2200 watts, un habitant consommera en moyenne 1.5 tep par an. A titre de comparaison, on estime en 1900 que chaque habitant de la planète consommait en moyenne 0,8 tep par an.

Si contre toute attente on observe une certaine stabilisation de la consommation des énergies, par habitant, dans le monde depuis 1973, on retrouve au peloton de tête des ressources énergétiques exploitées : le pétrole, le charbon et le gaz ; un peloton qui ne risque pas d’être détrôné d’ici les 50 prochaines années !
En effet on estime qu’il restera plusieurs siècles de réserves pour le charbon. Le pétrole sera épuisé sous sa forme « liquide » d’ici un demi-siècle à un siècle, mais il restera les sables bitumineux déjà exploités au nord du Canada. Quant au gaz, qui correspond à la combustion de carbone, mais aussi d’hydrogène, et qui est donc considéré comme « moins polluant » que le charbon et le pétrole, sa progression est régulière mais ses réserves sont également limitées à l’échelle du siècle.
La raison d’une telle persistance dans les énergies fossiles est simple : la dimension économique instantanée rattrape l’idéologie écologique. Toutes polluantes qu’elles sont, les énergies fossiles resteront pendant encore de nombreuses années plus rentables que les énergies renouvelables.


Voici une esquisse possible des répartitions de la consommation des énergies d’ici 2200 :
- charbon : 25%
- pétrole : 5%
- nucléaire : 10% (peu(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires