Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’opposition des deux fondateurs de la psychiatrie moderne : Philippe Pinel et Jean-Marc Gaspard Itard

Avec Thierry Gineste, psychiatre

Thierry Gineste rapproche les personnalités opposées de Philippe Pinel et Jean Itard, fondateurs de la psychiatrie moderne, de manière originale : l’inventaire des tableaux et des gravures qui décoraient leurs maisons respectives. Itard et Pinel, qui ne s’accordaient pas sur la thérapie de l’enfant sauvage, possédaient de bien curieuses œuvres accrochées à des places de choix...


Bookmark and Share

Philippe Pinel et Jean-Marc Gaspard Itard sont les deux fondateurs de la psychiatrie moderne en France, même si leurs conceptions même de la psychiatrie était opposée :
- Pinel retire les chaînes des malades mentaux et les intègre en grand nombre à l’hôpital (marchant ainsi sur les traces de Jean-Baptiste Pussin à l’hôpital Bicêtre).
- Itard à l’inverse est à l’origine de la première psychothérapie avec l’Enfant sauvage (une prise en charge individuelle).

La première partie de cette émission est consacrée à la carrière de ces deux personnages de l'histoire de la médecine.
Les deux autres parties évoquent les nombreux tableaux présents au domicile de Pinel et Itard, tableaux référencés par Thierry Gineste dans Le lion de Florence : Sur l'imaginaire des fondateurs de la psychiatrie, Pinel (1745-1826) et Itard (1774-1838).

L'opposition Itard / Pinel

Après avoir échappé à la mort en 1793, Jean-Marc Gaspard Itard est incorporé à l’hôpital militaire. Il s’inscrit à l’école de médecine et assiste aux cours de Philippe Pinel.
En 1800, il se voit confier par l'abbé Picard l'enfant sauvage (Itard n'est pas officiellement encore médecin à cette époque. Il faut attendre 1803). Un an plus tard, Itard préconise dans le Mercure de France la prise en charge médico[hilosophique de l’enfant sauvage, malgré l’opinion de Pinel pour qui il doit être « rangé parmi les enfants atteints d'idiotisme ».

Notre futur médecin enfonce le clou en publiant De l’éducation d’un homme sauvage ou des premiers développements physiques et moraux du jeune homme de l’Aveyron. Il impose une remise en question « des plus douces comme des plus consolantes illusions de la vie sociale ». On y devine les prémices de la psychothérapie.
Pourtant plein d'énergie dans la prise en charge de Victor, Itard finit par baisser les bras en 1805, année correspondant au décès de sa mère à laquelle il était très attachée.

Du côté de Philippe Pinel en charge de 5000 patientes à la Salpêtrière, le traitement « moral » est(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires