Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Comment Le Rire de Bergson fut adapté et traduit en turc

Les avatars d’une traduction et l’occasion de se pencher sur le "rire" dans l’Empire ottoman finissant, avec l’historien François Georgeon

Comment Le Rire d’Henri Bergson, de la très sérieuse Académie française, fut-il traduit en turc dans l’Empire ottoman finissant ? Petite histoire et pérégrination de l’un des plus grands textes de réflexion. Les explications de François Georgeon, directeur de recherche émérite au CNRS, fin connaisseur de l’histoire de l’éclatement de l’empire, de la naissance de la nation turque, et des milieux intellectuels ottomans du début du XXe siècle.


Bookmark and Share


Le rire est une conscience commune. Mais ce n'est pas au rire communautaire, celui par exemple, des juifs, des Grecs ou des Arméniens de l'Empire ottoman auquel s'est intéressé François Georgeon. Son analyse porte sur le rire ottoman dans les deux dernières décennies de l'Empire au cours desquelles ont coexisté des formes traditionnelles du comique et des formes nouvelles amenées par la modernisation et l'influence grandissante de l'Europe.

Le célèbre essai de Bergson (1899, en France) fut publié pour la première fois en 1901 sur les rives du Bosphore et connut un succès rapide parmi les intellectuels ottomans. François Georgeon dans cet entretien, rappelle combien ces élites furent fortement marquées par le bergsonisme au début du XXe siècle.


En 1921, un professeur de psychologie de la Faculté d'Istanbul en publia une adaptation en turc ottoman. Dans sa préface, l'auteur Mustafa Sekib expliquait ainsi ses intentions : « J'ai essayé autant que possible de trouver des exemples de manifestations du rire dans notre vie nationale, afin de rendre le sujet plus proche de notre existence à nous ». Ainsi, le texte de Bergson fut illustré par les plaisanteries du Karagöz (le spectacle du polichinelle turc), un rire rabelaisien, par des histoires drôles, des blagues ou de pitreries.


En 1921, Mustafa Sekib publie à nouveau Le Rire de Bergson en turc. Cette fois, il ne s'agit plus d'adaptation mais de traduction. François Georgeon précise qu'il faut bien avouer qu'il n'y a pas grand chose à adapter. Toutes les formes du rire dont Mustafa Sekib faisait état dans sa publication de 1901, ont disparu et ne survivent que sous la forme de survivances folkloriques. En 25 ans, le rire ottoman a disparu.





Ce rire populaire, collectif, public mais étroitement lié aux traditions religieuses s'est éteint au profit d'un rire critique, distancié, "laïcisé", "civilisé". Si l'Europe occidentale est passée de Rabelais à Voltaire au fil des siècles, cette évolution s'est opérée en deux générations à la fin de l'Empire ottoman et l'installation de la République Jeune turque. L'apparition de nouvelles formes de rire s'est parfois accompagnée de vives réactions. Contre le rire subversif dangereux pour l'État, la presse humoristique fut totalement interdite à la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires