Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Réception de Jean-Christophe Rufin de l’Académie française

Retransmission de la cérémonie du 12 novembre 2009, sous la Coupole
Pierre Nora de l’Académie française a remis le 5 novembre dernier, son épée d’académicien à Jean-Christophe Rufin, écrivain, ambassadeur de France au Sénégal et ancien dirigeant d’Action contre la faim, élu à l’Académie française au fauteuil d’Henri Troyat, décédé en mars 2007. Sous la Coupole de l’Institut de France, le 12 novembre 2009, Jean-Christophe Rufin a prononcé l’éloge de son prédécesseur. Son confrère Yves Pouliquen de l’Académie française a prononcé en réponse, un discours présentant l’œuvre et le parcours du nouvel élu, devant ses confrères et de nombreux invités. Canal Académie vous propose d’entendre la retransmission de cette séance solennelle.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : COU524
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/cou524.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida5008-Reception-de-Jean-Christophe-Rufin-de-l-Academie-francaise.html
Date de mise en ligne : 16 novembre 2009


 Jean-Christophe Rufin de l'Académie française le 12 novembre 2009, Institut de France
Jean-Christophe Rufin de l’Académie française le 12 novembre 2009, Institut de France
© Canal Académie

L’actuel ambassadeur de France au Sénégal, le romancier Jean-Christophe Rufin, a été reçu, jeudi 12 novembre, sous la Coupole de l’Institut, par le professeur Yves Pouliquen, médecin et académicien comme lui. L’auteur de L’Abyssin (prix Goncourt du premier roman 1997) et de Rouge Brésil (prix Goncourt 2001), du roman Les causes perdues (prix interallié et prix Erwan Bergot 1999) a été élu le 19 juin 2008 au 28e fauteuil, celui occupé par le romancier Henri Troyat, dont il a prononcé un vibrant éloge. Docteur en médecine (spécialité en neurologie et psychiatrie), diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, Jean-Christophe Rufin a exercé la médecine, occupé plusieurs postes de conseiller ministériel, mené de nombreuses missions humanitaires jusqu’à sa nomination comme ambassadeur et haut représentant de la République au Sénégal en 2007. Depuis 1986, l’homme écrit et publie : essais, romans, récit autobiographique. Il a quitté ses fonctions de président d’Action Contre la Faim en juin 2006 pour se consacrer davantage à l’écriture. La passion des voyages et de la montagne, chevillée au corps lui ont permis de tirer pleinement l’expérience de ses différentes missions à travers le monde comme membre d’organisation humanitaire ou comme haut fonctionnaire au service de son pays. Son regard sur les rapports nord-sud, les conflits, les famines lui ont permis d’entrer en politique par l’humanitaire.

Jean-Christophe Rufin a placé son discours de réception sous le signe de l’amitié et l’a commencé par quelques réflexions sur l’exercice imposé mais combien accepté de l’éloge, comme un des éléments les plus symboliques de la tradition au sein de l’Académie française : "Le seul ton qui convienne, dans la position qui est la mienne en cet instant, est celui de l’amitié. Permettez-moi d’oublier la majesté du lieu et l’écrasante présence de ceux qui nous y ont précédés. Je ne veux voir ici que des amis, auxquels je m’adresse avec une émotion qui vient de ma seule reconnaissance." Pour évoquer l’œuvre prolifique de l’écrivain Henri Troyat qui compte plus d’une centaine d’ouvrages et retracer la vie de cet homme né en Russie, dont la famille s’exila suite aux troubles de la révolution bolchévique, dans le Caucase, en Crimée, puis qui gagna Istanbul, Venise et enfin Paris, Jean-Christophe Rufin a raconté l’histoire de Lev Aslanovitch Tarassof, naturalisé Henri Troyat en 1933, comme sortie tout droit d’une de ses œuvres. Faisant faire à l’assemblée présente sous la Coupole un véritable tour du monde, en évoquant les lieux où Troyat a séjourné au cours de sa vie, Jean-Christophe Rufin a voulu lui rendre hommage mais aussi lui rendre justice.

Yves Pouliquen médecin comme Jean-christophe Rufin a évoqué la carrière médicale de son confrère, son engagement humanitaire, sa passion de l’écriture nous présentant un homme engagé dans son temps et nous a dit combien la Corne de l’Afrique avait compté pour lui. Il a voulu voir en ce nouveau confrère ce qui le rendait si peu dissemblable des autres médecins qui l’avaient précédé à l’Académie française tout en voyant en lui le plus romanesque d’entre eux, le considérant écrivain plus que médecin ayant le goût d’écrire.

Extraits

L’écrivain consacré que vous êtes désormais vous fait dire que « jamais [vous n’avez] été aussi peu médecin qu’aujourd’hui. Et pourtant, que jamais [vous n’avez] été plus proche de la vocation qui [vous] a fait choisir ce métier... ». Dans votre dernier livre, autobiographique, que j’ai cité, vous discutez longuement de ce qui vous lie à votre formation médicale et de ce qui vous en sépare dans votre activité littéraire. Vous prétendez que votre activité médicale s’est figée en vous de telle sorte qu’elle vous est apparue plutôt comme un obstacle à votre désir de fiction. Et cependant vous revendiquez l’action, celle dont le temps réel, dites-vous, embrume votre vue mais alimente votre pensée d’après celle qui vous inspire. Mais ce désir d’action qui domine votre vie n’est-il pas d’essence médicale, quelle que fût l’expression que vous lui donnâtes ?

L’ épée de Jean-Christophe Rufin est l’œuvre du sculpteur Ousmane Sow. L’élection de cet homme d’action, écrivain et diplomate parmi les immortels honore ainsi les Lettres, l’Afrique et le Sénégal.

Yves Pouliquen de l'Académie française, le 12 novembre 2009, Institut de France
Yves Pouliquen de l’Académie française, le 12 novembre 2009, Institut de France
© Canal Académie

Présents à la cérémonie sous la Coupole de l’Institut de France, le sculpteur Ousmane Sow et de nombreuses personnalités.

Jean-Christophe Rufin est le benjamin de l’Académie française, le premier à être né dans la deuxième moitié du XXe siècle , le 28 juin 1952, comme il l’a précisé dans son discours.

Réception de Jean-Christophe Rufin de l'Académie française le 12 novembre 2009, Jean-Christophe Rufin, entouré de son épouse et de deux de ses filles avec Hélène Carrère d'Encausse et Yves Pouliquen
Réception de Jean-Christophe Rufin de l’Académie française le 12 novembre 2009, Jean-Christophe Rufin, entouré de son épouse et de deux de ses filles avec Hélène Carrère d’Encausse et Yves Pouliquen
© Canal Académie

Pour en savoir plus

- Jean-Christophe Rufin de l’Académie française
- Yves Pouliquen de l’Académie française
- Discours de réception de Jean-Christophe Rufin de l’Académie française en hommage à Henri Troyat
- Réponse d’Yves Pouliquen de l’Académie française
- Henri Troyat de l’Académie française (1911-2007)

Jean-Christophe Rufin de l'Académie française, lors desa réception sous la Coupole de l'Institut de France, 12 novembre 2009
Jean-Christophe Rufin de l’Académie française, lors desa réception sous la Coupole de l’Institut de France, 12 novembre 2009
© Canal Académie





© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires