Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le mois de... Simone Veil, la rebelle 3/4

Le mois de... Simone Veil, de l’Académie française, troisième émission

Comment, de la Shoah qui a brisé et meurtri sa famille, volé et saccagé son adolescence, Simone Veil une fois libérée des camps de la mort, devient-elle la femme politique pro-européenne que nous connaissons plébiscitée plusieurs années consécutives par les Français comme la personnalité politique la plus estimée en France ?


Bookmark and Share



Canal Académie vous invite à suivre la 3ème émission de la série en quatre volets intitulée Le mois de... Simone Veil.

Simone Veil, personnalité de la vie politique française qui a été pendant plusieurs années plébiscitée par l’opinion française en tant que « première personnalité politique préférée des Français » occupe désormais parmi les Immortels, le 13e fauteuil de l’Académie Française. Le 9 octobre 2008, en effet, invitée par Maurice Druon et François Jacob, Simone Veil présenta sa candidature à l'Académie française au fauteuil de l’ancien premier ministre Pierre Messmer. Le 20 novembre 2008, elle est élue au premier tour de scrutin.

Simone Veil a confié aux pages de son livre intitulé Une vie paru aux Editions Stock, les souvenirs marquants de sa vie, de son parcours, de sa carrière. Il faut signaler que ce livre fait l’objet d’une nouvelle édition en livre de poche.

Devant les micros de Canal Académie, Virginia Crespeau demande à Simone Veil quel sentiment, quelle réaction, suscite au fond d’elle sa récente élection au sein de l’Académie Française ? La toute nouvelle Académicienne répond : «Je dois dire que c’est une chose à laquelle je n’aurais jamais pensé ; tout le monde me dit que le travail académique est passionnant, mais je n’ai encore assisté à aucune session de travail…
»

Simone Veil est née Simone Jacob le 13 juillet 1927 à Nice ; ses parents étaient profondément attachés au principe de laïcité. Étudiante, Simone passe son bac à 16 ans en mars 1944 ; elle écrit dans son livre de souvenirs Une vie : « Il est vrai qu’en ce début de l’année 1944, la population était de plus en plus convaincue que les rapports de force commençaient à s’inverser et qu’un jour ou l’autre, le débarquement des alliés sonnerait le glas de la domination allemande… La gestapo redoublait les contrôles et la traque. Nombre d’entre nous en firent les frais. »

André Jacob, le père de Simone Veil, architecte de son métier, avait déjà été «(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires