Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mirabeau, son œuvre érotique a échappé à l’autodafé !

par Bertrand Galimard Flavigny

Qui se cache réellement derrière le nom d’ Honoré Gabriel Riqueti, communément appelé Marquis de Mirabeau ? Révolutionnaire, il reste l’un des symboles de l’éloquence parlementaire. Retour sur cette vie tumultueuse, partagée entre excès et exil, avec Bertrand Galimard Flavigny qui, en bibliophile, raconte aussi le destin d’un des livres les plus osés du marquis, l’Errotika Biblion...


Bookmark and Share



On l’a dit et souvent répété, il était « laid comme celui de Satan ». C’est en ces termes que le marquis de Mirabeau annonça à son frère la naissance de Gabriel-Honoré, le 9 mars 1749. Cette laideur-là en fit sans doute un révolté qui aurait pu, s’il n’était mort trop tôt, le 2 avril 1791, éviter les exactions commises par les Conventionnels et leur clique. On a beaucoup glosé sur sa survie. « Aurait-il évité la Terreur ? Oui, s’il avait réussi à maintenir une démocratie royale en prévenant l’erreur de Varennes – on sait qu’il avait élaboré un autre scénario de repli du roi sur une province fidèle. Oui, s’il avait évité l’affrontement de la Révolution avec le reste de l’Europe », explique l’un de ses plus récents biographes, Charles Zorgbibe [[Ed. de Falloisp[-. Il aurait également fallu compter sur la répugnance qu’avait la reine Marie-Antoinette vis-à-vis de ce noble, député du Tiers Etat. N’était-il pas de surplus auteur d’un ouvrage intitulé Essai sur le despotisme (Londres, s.n. 1775 (in-8), « l’un des premiers assauts contre les institutions de l’Ancien régime ». Le futur roi des Français, Louis-Philippe Ier, en possédait un exemplaire de la 3e édition, corrigée de la main de l'auteur sur l'exemplaire de la seconde édition (Paris, Le Jay, 1792)

La vie si dissolue du personnage ne plaidait pas plus pour lui. Séparé de sa femme Emilie qui lui avait préféré le chevalier de Gassaud, alors que lui-même exerçait sans désemparer sa séduction qui était grande, il rencontra la marquise de Monnier, Sophie de Ruffey. Ce fut une passion irraisonnée qui allait « l’embraser jusqu’à ébranler son destin », selon le mot de Charles Zorgbibe. Gabriel-Honoré se découvre un amant passionné : « Avec toi a commencé l’amour. Jusque-là, je n’avais connu qu’un commerce de galanterie, qui n’est point l’amour, qui n’est que le mensonge de l’amour », devait-il déclarer à la jeune femme. Sous le coup de deux accusations, l’adultère et la rédaction de l’essai, les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires