Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jean Dausset, mon professeur, mon confrère, mon ami

Avec Edgardo Carosella, membre correspondant de l’Académie des sciences

Jean Dausset (1916-2009) révolutionna le monde de l’immunologie à travers ses multiples intuitions. Ses découvertes sont notamment à l’origine de greffes d’organes sans rejet. Humaniste, il participe à la modernisation des hôpitaux en 1958, exigeant une qualité de service semblable aux cliniques privées. Il créé en 1969 la banque d’organe France transplant. Membre de l’Académie des sciences, il reçoit le prix Nobel de médecine en 1980, avant de créer sa fondation en 1984, préfigurant le généthon. Retour sur une vie au service des autres, en compagnie de son élève, confrère et ami Edagardo Carosella, membre correspondant de l’Académie des sciences.


Bookmark and Share

C'est en Tunisie pendant la Seconde guerre mondiale que la destinée de Jean Dausset se dessine peu à peu, lui qui marchait initialement sur les traces de son père Henri Dausset, rhumatologue.

Engagé volontaire dans l’année française après le débarquement des Américains au Maroc, Jean Dausset est affecté à une ambulance chirurgicale dans laquelle il est transfuseur-réanimateur des blessés de la campagne de Tunisie. C'est ainsi que de retour en France, sa carrière bascule vers l’immunohématologie.
Il est affecté à la libération de Paris au Centre de Transfusion Sanguine de l’Hôpital Saint-Antoine, centre de récolte et de distribution du sang, mais aussi centre de recherche très actif, en particulier sur la maladie hémolytique du nouveau-né traitée par exsanguino-transfusion : technique nouvelle et révolutionnaire.

Il soigne des adultes, mais aussi de jeunes femmes qui font une septicémie après un avortement. Il se constitue une équipe de donneurs de sang volontaires pour des exsanguino-transfusions, un groupe qu'il ne cessera, tout au long de sa carrière, de remercier pour sa contribution à ses propres découvertes.


Jean Dausset, un homme d’intuition

Après une année passée aux Etats-Unis dans le service d’hématologie du Children Hospital (en 1947 au moment du plan Marshall), il retourne au Centre de Transfusion de Saint-Antoine et s’intéresse aux malades ayant un nombre anormalement bas de globules blancs (leucopéniques).
Le jeune médecin cherche à détecter des anticorps à la surface des globules blancs des malades leucopéniques. En vain. C’est alors qu’il a l’idée de chercher dans le sérum de ces malades, l’existence d’anticorps capables d’agglutiner les globules blanc d’un autre individu….


« Il avait dans son réfrigérateur les globules blancs d’un autre malade »
explique Edgardo Carosella.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires